Scoliose : le CHUGA pionnier en chirurgie mini-invasive

Modulation de la croissance de la colonne vertébrale de façon continue, incisions réduites et réduction du temps de récupération des jeunes patients. La Chirurgie mini-invasive de la scoliose (vertebral body tehering) se pratique dans seulement deux établissement en France, le CHU Grenoble Alpes et les Hospices Civils de Lyon
La 15e opération de la scoliose pratiquée en chirurgie mini-invasive vidéo assistée (vertebral body tethering) s’est déroulée au CHU Grenoble Alpes, à l’hôpital Couple Enfant. Peu de chirurgiens dans le monde pratiquent cette chirurgie innovante. En France, ils sont deux, le Professeur Aurélien Courvoisier (centre alpin de la scoliose du CHUGA) et le Dr Vincent Cunin (Hospices Civils de Lyon).
Il s’agit d’une nouvelle technique chirurgicale qui vient compléter l’arsenal thérapeutique existante. « L’intervention consiste à bloquer chirurgicalement la croissance de la colonne vertébrale au niveau de la convexité de la courbure afin de « relancer » la croissance dans la concavité pour que progressivement la colonne vertébrale se corrige dans les mois et années qui suivent l’opération » explique le Professeur Aurélien Courvoisier, chirurgien orthopédique. 
Cette opération est réalisée sous thoracoscopie : le chirurgien vient placer les implants au niveau des vertèbres à l’aide d’une caméra au niveau du thorax. 3 ou 4 incisions de 2-3 cm sont nécessaires pour faire l’ensemble de l’opération. Le chirurgien place ensuite des vis dans les vertèbres et vient relier ces vis par un câble qui est tendu entre les vis. « Cette chirurgie mini-invasive a plusieurs avantages pour le jeune patient. Juste après l’opération, sa colonne vertébrale est déjà plus droite passant par exemple de 45° à 15°. Mais l’objectif principal est de permettre la modulation de la croissance de sa colonne vertébrale ce qui signifie que le travail de correction de courbure se poursuit au fil des années » 
Autre atout significatif de cette chirurgie mini-invasive : une récupération et une reprise d’activité physique plus rapide pour l’adolescent
Une capsule vidéo a été réalisée le jour de l’intervention. Elle a été publiée sur les comptes YouTube et Twitter du CHUGA : https://www.youtube.com/watch?v=f2PBi_yawQQ&feature=youtu.be

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’obésité

Elle concerne 17% des adultes en France, a des origines multiples et peut entraîner de nombreuses complications – cardiovasculaires, hépatiques, rénales, respiratoires, dermatologiques, cancers, diabète – : cette maladie, c’est l’obésité. Alors que la journée mondiale le l’obésité a eu lieu le le 4 mars, la rédaction a souhaité lui consacrer un dossier.

CHU de la Réunion, se préparer au cyclone

Au cours de la nuit du 20 au 21 février dernier, l’île de la Réunion a évité le choc qu’aurait pu causer le cyclone baptisé Freddy, finalement passé à environ 190 km de ses côtes. Face à l’alerte orange, le CHU de la Réunion a lancé son plan cyclone pour anticiper les conséquences d’une potentielle catastrophe. Retour sur les mesures mises en place.

MARADJA, une décennie à accompagner les jeunes atteints de cancers

En France, environ neuf cent adolescents (15-18 ans) et mille quatre cent jeunes adultes (18-25 ans) sont touchés chaque année par le cancer. Au CHU de Bordeaux, un lieu particulier leur est destiné, MARADJA (Maison Aquitaine Ressources pour Adolescents et Jeunes Adultes), qui fête ses dix ans. Nous y avons rencontré Lucile Auguin, traitée à vingt-trois ans pour une leucémie aiguë.

Lactarium Raymond Fourcade, la page se tourne à Bordeaux

Le 5 décembre dernier, sur le site de l’hôpital Haut-Lévêque (Pessac), était posée la première pierre du futur Lactarium Raymond Fourcade. Le projet qui sera livré l’an prochain, 1200 m2 de bâti neuf doté d’équipements dernier cri, doit venir “conforter la place du CHU de Bordeaux comme le plus important lactarium au niveau national” ; et prendre le relais de l’actuel site de production basé à Marmande (Lot-et-Garonne), en fonctionnement depuis près d’un demi-siècle et que le CHU avait acquis en 2012.