Chirurgie réparatrice : une auxiliaire avec trois dents et une ventouse

L'hirudo medicinalis ou sangsue médicinale en plein soinAspirer le sang du patient quand il stagne dans les veines et contribuer au succès d'une néovascularisation. Tâche délicate qui incombe à une étonnante auxiliaire : l'hirudo medicinalis ou sangsue médicinale ou encore sangsue officinale. Sollicitée lors de souffrance veineuse dans le cadre de réimplantations de doigt ou de lambeaux cutanés à l'occasion d'une chirurgie réparatrice ou reconstructrice, elle opère à jeun (depuis trois mois) et aspire pendant 20 à 30 minutes le sang du patient. Une technique où elle excelle grâce à sa sécrétion anticoagulante : l'hirudine.

Aspirer le sang du patient quand il stagne dans les veines et contribuer au succès d’une néovascularisation. Tâche délicate qui incombe à une étonnante auxiliaire : l’hirudo medicinalis ou sangsue médicinale ou encore sangsue officinale. Sollicitée lors de souffrance veineuse dans le cadre de réimplantations de doigt ou de lambeaux cutanés à l’occasion d’une chirurgie réparatrice ou reconstructrice, elle opère à jeun (depuis trois mois) et aspire pendant 20 à 30 minutes le sang du patient. Une technique où elle excelle grâce à sa sécrétion anticoagulante : l’hirudine.

L’hirudo medicinalis ou sangsue médicinale en plein soinCrédit photo CHU de Rouen

Préférée à la scarification ou à l’application locale de compresses héparinées, la suscion de la sangsue permet souvent d’éviter une reprise chirurgicale. Dans ce cas, pas d’anesthésie ou de bloc opératoire, et par conséquent un moindre coût ! Cependant, cette technique a aussi ses contraintes. Elle nécessite un gros investissement infirmier : il faut attraper la sangsue, la positionner sur le patient, contrôler et surveiller le déroulement du soin, la récupérer lorsqu’elle est repue, et parfois la chercher lorsqu’elle est tombée et qu’elle tente de s’échapper !

Chronophage, elle demande également à l’équipe soignante de prendre le temps d’éduquer le patient. En effet, la réussite de ce soin implique l’adhésion totale de ce dernier. Il faut le convaincre de l’intérêt de ce soin et l’inviter à participer à son traitement en surveillant les sangsues, en les remettant en place si nécessaire, en prévenant quand elles sont repues pour éviter qu’elles ne tombent.

Les sangsues sont généralement repues au bout de 20 à 30 minutes, mais cela peut prendre une heure. À usage unique, elles sont considérées et utilisées comme des médicaments, sur prescription médicale. Les sangsues sont donc stockées à la pharmacie hospitalière, qui en dispose à toute heure du jour ou de la nuit.
Il y a cinq ans, quand le service a commencé l’expérience, il fallait les faire venir de Caen par Chronopost ! Aujourd’hui, il y a en permanence au moins un patient concerné par cette technique dans l’unité de chirurgie plastique.

Appropriation de la technique
L’utilisation des sangsues ne fait pas partie des actes infirmiers référencés. L’apprentissage de l’équipe s’est donc fait sur le terrain. Il a fallu faire face aux réticences des infirmières tant au sujet de la technique que de l’animal lui-même. Les résultats obtenus ont plaidé en faveur de cette auxiliaire, qui existe en fait depuis des siècles et dont on redécouvre les vertus. Aujourd’hui, force est de constater son succès ! Près de la moitié des CHU utilise cette technique qui reste très innovante.

Prix d’achat d’une sangsue : 7 euros
La sangsue a trois dents, pas d’yeux et une ventouse…

D’après un article de Salima Kari, Laurence Langlois (IDE) et Martine Damade (cadre de santé)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.