Chirurgiens, anesthésistes, radiothérapeutes : des professions particulièrement exposées

Principal assureur en responsabilité professionnelle des médecins, chirurgiens-dentistes, sages-femmes, infirmiers et kinés, le Sou Médical-Groupe MACSF dresse chaque année un état de la sinistralité du corps médical et paramédical. Un classement unique qui éclaire sur l’importance et la fréquence des déclarations de sinistres et des indemnisations versées suite aux dommages subis par les patients et engageant la responsabilité des praticiens ou des soignants. Qu’en est-il pour 2010 ? Le Sou Médical-Groupe MACSF a enregistré une légère baisse des déclarations de sinistres de ses sociétaires, moins de 3 500* (contre 3 587 en 2009) : 3 258 pour des accidents corporels (- 155 par rapport à 2009) et 183 pour des accidents matériels (+9 par rapport à 2009).

Principal assureur en responsabilité professionnelle des médecins, chirurgiens-dentistes, sages-femmes, infirmiers et kinés, le Sou Médical-Groupe MACSF dresse chaque année un état de la sinistralité du corps médical et paramédical. Un classement unique qui éclaire sur l’importance et la fréquence des déclarations de sinistres et des indemnisations versées suite aux dommages subis par les patients et engageant la responsabilité des praticiens ou des soignants. Qu’en est-il pour 2010 ? Le Sou Médical-Groupe MACSF a enregistré une légère baisse des déclarations de sinistres de ses sociétaires, moins de 3 500* (contre 3 587 en 2009) : 3 258 pour des accidents corporels (- 155 par rapport à 2009) et 183 pour des accidents matériels (+9 par rapport à 2009). 
Faits marquants, les professionnels les plus exposés en nombre de dommages corporels sont les médecins généralistes avec 370 déclarations en 2010, les opthalmologues avec (229), les chirurgiens (228), les anesthésistes réanimateurs (200) et les gynécologues/obstétriciens (91) mais rapportés au nombre de déclarations par spécialistes, le tableau montre que les principales disciplines à risque demeurent la chirurgie avec un taux 39%, l’anesthésie 18,2% et la radiothérapie avec 13,6% ; la sinistralité des médecins généralistes tombant à 0,9% bien en dessous de la moyenne qui se situe à 2,28%.
Les décisions de justice
57 % des décisions judiciaires civiles ont retenu la responsabilité des professionnels de santé, un chiffre conséquent, même si ce taux ne progresse pas par rapport aux cinq dernières années. Dans certaines spécialités, la réalité est aggravée : ainsi, 64 % des ophtalmologistes mis en cause devant les juridictions du fond ont été condamnés, de même que 59 % des généralistes.
Les statistiques du Sou Médical-Groupe MACSF montrent d’ailleurs qu’en 30 ans le taux de condamnation a quasiment doublé passant de 33% au début des années 80 à 65% en 2010.
Quant au montant total des indemnisations versées par l’assureur, il s’élève à près de 50 millions avec un coût moyen de 113 413 euros. Certaines peuvent atteindre des montants 10 à 40 fois supérieurs  notamment pour les accidents de naissance et d’anesthésie; une dizaine d’indemnisation a même dépassé le million d’euros. Ainsi la famille d’un enfant né infirme moteur cérébral a reçu 4,9 millions d’euros, le juge ayant retenu la responsabilité conjointe de l’obstétricien et de la clinique employant la sage-femme salariée. Deuxième indemnisation la plus élevée : 2,7 millions d’euros versés à une patiente suite à un accident d’anesthésie, une anoxie (manque d’oxygénation) du cerveau lors d’une lobotomie de la thyroïde.
Si les décisions pénales demeurent rares (19), elles ont fait l’objet de condamnations dans 53 % des cas. Il s’agit en majorité de condamnations à des peines d’emprisonnement avec sursis.
A noter également que les saisines des commissions régionales de conciliation et d’indemnisation des accidents médicaux sont toujours plus nombreuses que les assignations en justice. Sur les 418 avis CRCI rendus, 21 % ont retenu un aléa et 15 % une faute.

Le Médiator

A ce jour, les sociétaires du Sou Médical et de la MACSF sont concernés par 93 dossiers ; les plus nombreux ayant été introduits suite à la loi du 29 juillet et du décret du 1er août 2011 qui reconnaissent à toute personne s’estimant victime d’un déficit fonctionnel imputable au benfluorex, ou, le cas échéant, son représentant légal ou ses ayants droit le droit de saisir l’ONIAM en vue d’obtenir la réparation des préjudices en résultant.
En décembre 2011, l’ONIAM avait reçu 3950 dossiers dont pour le Sou Médical-Groupe MACSF 65 impliquent des sociétaires médecins généralistes, 18 des endocrinologues et 8 des cardiologues. A ce stade, il est encore trop tôt pour déterminer avec précision le nombre de dossiers pour lesquels une prescription hors « Autorisation de Mise sur le Marché » est intervenue. Le Sou Médical précise que des sociétaires n’ayant pas personnellement prescrit du Médiator sont mis en cause, leur rôle s’étant limité à suivre des patients à qui des confrères en avaient prescrit.

Intervenir en amont pour prévenir et réduire les risques

Fort de son expertise sur les risques liés à la pratique médicale, l’association « la Prévention médicale » qui intervient en étroite collaboration avec le groupe MACSF et le Sou Médical publie un ouvrage** couplé à un support d’e-learning qui aidera les praticiens à gérer les perturbations nombreuses et variées pouvant survenir lors de leur consultation, dysfonctionnements à l’origine de 70 à 80% des évènements indésirables.
Partant du constat que la médecine forme à la connaissance des pathologies et des traitements mais pas à l’organisation de l’agenda du cabinet, ni à la conduite de la consultation, à la gestion des interruptions et à la coordination avec les autres acteurs de soins… les auteurs, René Amalberti et Jean Brami, ont répertorié 110 situations critiques susceptibles de compromettre la qualité du diagnostic. Par exemple, concernant la sortie des patients, ils s’interrogent sur la synchronisation entre la ville et l’hôpital et rappellent que seulement 3 % des médecins généralistes sont impliqués dans les décisions de retour à domicile des patients hospitalisés ; 17 à 20 % d’entre eux sont prévenus quand leurs patients rentrent chez eux ; moins de 20 % reçoivent un compte rendu au bout d’une semaine. Dans un quart des cas, ce compte rendu n’arrive jamais chez le médecin traitant ; les résumés de sortie ne font pas état des résultats de laboratoire dans 38% des cas et des traitements prescrits dans plus d’un courrier sur cinq***.

D’où l’intérêt de dresser un autodiagnostic, préalable indispensable à la révision de ses procédures et de ses habitudes. Une approche qui se veut à la fois pédagogique et pragmatique et qui participe à l’amélioration de la qualité des soins dispensés à la personne malade.
Marie-Georges Fayn

____________
*3 441 très exactement
**René Amalberti et Jean Brami, Audit de sécurité des soins au cabinet médical de ville, Springer,
2012 120 pages, ouvrage couplé à un autotest sur site web et à un système d’e-learning
***Kripalani S., LeFevre F., Phillips C.O., Williams M.V., Basaviah P., Baker D.W. Deficits in communication and information transfer between hospital-based and primary care physicians. JAMA 2007 ;297 :831-41
Le Sou Médical en chiffres
Mutuelle du Groupe MACSF, le Sou Médical garantit la couverture des risques  professionnels de près de 370.000 médicaux et paramédicaux soit plus de la moitié des médecins : 119 864 médecins dont 75 183 libéraux souscripteurs (sur les 200 000 praticiens en exercice), 25 616 chirurgiens dentistes, 14 383 sages-femmes, 71 068 infirmières et 24 032 kinésithérapeutes.
A propos du groupe MACSF
Premier assureur des professionnels de la santé, le groupe MACSF, (Mutuelle d’assurance du corps de santé français), est, depuis plus de 60 ans, au service de toutes les personnes exerçant une
profession de santé en France. Fidèle à sa vocation de Mutuelle Professionnelle d’Assurance, la MACSF assure pour les risques privés comme pour les risques professionnels les membres des professions de santé libéraux ou hospitaliers.
La MACSF chiffres : 800 000 sociétaires, 1 400 collaborateurs, 80 agences en France, 20 milliards d’actifs gérés, 2,2 milliards de chiffre d’affaires
Contacts presse MACSF- SOU MEDICAL
Marie-Anne Belembert, 01.71.23.87.76, marie-anne.belembert@macsf.fr
Constance Wible, 01.71.23.88.13, constance.wible@macsf.fr
Marina Ducros, 01.71.23.88.43, marina.ducros@macsf.fr
http:// www.macsf.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.