Chirurgies des glandes endocriniennes : le CHU de Dijon en pointe

Pôle de renommée nationale et centre de recours régional pour la chirurgie des glandes endocrines, le CHU de Dijon vient de réaliser deux interventions inédites en Bourgogne : la surrénalectomie robot-assistée et la parathyroïdectomie sous hypnose. Ces interventions ont été assurées par l’équipe du Docteur Liliana Osmak-Tizon en juin 2014.

Pôle de renommée nationale et centre de recours régional pour la chirurgie des glandes endocrines, le CHU de Dijon vient de réaliser deux interventions inédites en Bourgogne : la surrénalectomie robot-assistée et la parathyroïdectomie sous hypnose. Ces interventions ont été assurées par l’équipe du Docteur Liliana Osmak-Tizon en juin 2014.

Les phéochromocytomes sont des tumeurs de la surrénale (glandes endocrines situées au-dessus des reins). Le plus souvent bénignes, ces tumeurs entrainent une hypertension artérielle sévère. Elles sont généralement traitées par cœlioscopie mais avec un risque de variation tensionnelle ; risque qui semble diminuer avec l’assistance robotique qui apporte également plus de confort aux praticiens. Cette première opération, l’utilisation du robot apporte par ailleurs ouvre de nouvelles perspectives comme le traitement de tumeurs surrénaliennes de taille plus importante qui doivent aujourd’hui être prises en charge par laparotomie.
Parathyroïdectomie sous hypnose 
Les 4 glandes parathyroïdes (sur la thyroïde) régulent le taux de calcium dans le sang. En cas d’hyperparathyroïdie malignée, liée à une tumeur bénigne d’une parathyroïde, on constate un excès de calcium dans le sang. Le traitement chirurgical de cette pathologie se fait communément sous anesthésie générale. S’il est possible de la prendre en charge  sous anesthésie locale, cette alternative reste rare au vu de l’inconfort éprouvé par le patient, qui, s’il ne ressent pas de douleur pendant l’intervention, reste conscient de tout ce qui l’environne et notamment de l’opération qu’il subit.
Ces contraintes sont levées quand l’opération est réalisée sous hypnose. En déconnectant le patient de l’environnement médical, l’hypnose palie son inconfort  et diminue tout stress éventuel. De plus, l’hypnose qui privilégie l’anesthésie locale, limite le risque périopératoire. Autant de raisons qui expliquent pourquoi le Docteur Liliana Osmak-Tizon et le Docteur Marie-Thérèse Noirot-Letourneau, anesthésiste formée à l’hypnose privilégient désormais cette alternative. Les patients sont libres d’accepter ou non cette proposition.

Parmi les perspectives se profile notamment celle de la prise en charge de l’hyperparathyroïdie dans le cadre d’une hospitalisation ambulatoire.
Avec ces deux chirurgies inédites, le service de Chirurgie endocrinienne du CHU de Dijon confirme ainsi son expertise et son dynamisme au service des patients.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.