CHR Metz-Thionville : inauguration d’une salle hybride dernière génération

La nouvelle salle hybride du bloc opératoire de l’hôpital de Mercy a été inaugurée par Marie-Odile Saillard, Directrice générale du CHR Metz-Thionville en présence de David Corcos, Directeur Général de Philips France.
La nouvelle salle hybride du bloc opératoire de l’hôpital de Mercy a été inaugurée par Marie-Odile Saillard, Directrice générale du CHR Metz-Thionville en présence de David Corcos, Directeur Général de Philips France. 
La salle hybride interventionnelle Philips Azurion nouvellement installée au bloc opératoire de l’hôpital Mercy offre les dernières technologies de pointe pour traiter les patients en chirurgie cardiaque, vasculaire, cardiologie et radiologie interventionnelle. Développée avec le concours de plus de cinquante établissements de santé dans le monde, elle aide les praticiens hospitaliers à réaliser un éventail complet de procédures et à offrir aux patients une meilleure qualité de soins.
Azurion est en effet utilisée pour diagnostiquer et traiter les patients grâce à des solutions de guidage par l’imagerie. « En 2016, le Centre Hospitalier Régional Metz-Thionville a décidé de se doter d’une salle hybride, la première en France, à bénéficier de la dernière génération de salle interventionnelle. Il s’agit d’une salle du bloc opératoire équipée d’un système d’imagerie médicale perfectionné optimisant la précision du geste opératoire », a déclaré Marie-Odile Saillard, Directrice Générale du CHR Metz-Thionville. « Dans le cadre du cycle d’investissement du CHR, cette salle hybride répond à trois objectifs : Le premier, sécurité et précision des soins. Cette dernière génération de salle hybride permet de pratiquer des interventions complexes mixtes en chirurgie ainsi qu’en interventionnel. Le deuxième, qualité de prise en charge pour le confort des patients. Car cette salle permet de traiter des pathologies grâce à un geste mini-invasif, permettant aux patients de récupérer plus rapidement. Le troisième, avancée technologique au service de plusieurs disciplines médicales et chirurgicales (radiologie, neurologie, oncologie, cardiologie interventionnelle et chirurgie cardiaque). » 
Réduire les dépenses collectives de santé. « Philips poursuit sa mission et s’affirme comme le leader d’une santé high-tech innovante et de confiance, a pour sa part déclaré David Corcos, Président de Philips en France. Philips accompagne la transformation du système de santé et assume le choix de passer d’une médecine curative à une médecine prédictive, préventive et personnalisée. Dans une approche de coûts complets, mieux soigner avec des dispositifs innovants permet de réduire les dépenses collectives de santé. », conclut David Corcos.
L’investissement du CHR s’élève 1 780 000€. «Ce projet innovant a été rendu possible grâce à la bonne santé de l’établissement, fruit d’un travail collectif » a conclu Marie-Odile Saillard après avoir remercié la Ligue contre le cancer de Moselle, qui a accordé un financement de 120 000€. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.