Marisol Touraine pose la 1ère pierre des futurs pôles de cancérologie et de biologie

C’est en présence de Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, que la première pierre du bâtiment des Pôles cancérologie / biologie du CHRU de Besançon et du siège de l’Institut régional fédératif du cancer, a été posée le 31 mai 2013.

C’est en présence de Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé, que la première pierre du bâtiment des Pôles cancérologie / biologie du CHRU de Besançon et du siège de l’Institut régional fédératif du cancer, a été posée le 31 mai 2013.
Avec ce futur équipement, l’organisation régionale de la cancérologie se consolide. La Ministre s’est félicitée de « ce projet d’investissement majeur qui va permettre de mieux accompagner les hommes et les femmes qui sont atteints de cancer. C’est un projet très important pour la Franche-Comté». Elle a par ailleurs rappelé que « l’engagement du gouvernement au service de l’hôpital public est plus fort qu’il ne l’a jamais été au cours des dernières années ». Le chantier du nouveau bâtiment s’achèvera en 2015.
Les activités de cancérologie et les laboratoires de biologie regroupés
En cohérence avec sa vocation régionale et universitaire, la cancérologie du CHRU de Besançon sera regroupée en un seul bâtiment où  seront installés  l’oncologie, la radiothérapie, la curiethérapie, une unité de chimiothérapie, l’unité de reconstitution des médicaments, un plateau commun de consultations, 30 lits d’hospitalisation complète, les unités de recherche ainsi que le registre des tumeurs du Doubs et du Territoire de Belfort. Des locaux seront mis à disposition de l’Institut régional fédératif du cancer (IRFC), du réseau régional Oncolie et des associations. Cette opération permettra également le regroupement de 11 disciplines de laboratoire sur un plateau de biologie, créant ainsi la synergie et la proximité nécessaires avec les services cliniques du CHRU.

Seules la chirurgie et de l’hématologie resteront sur le bâtiment historique rénové et modernisé de Jean Minjoz.
L’organisation régionale en cancérologie avec l’Institut régional fédératif du cancer
L’IRFC, dont l’objectif principal est de coordonner et mutualiser la prise en charge en améliorant la qualité des soins, sera également hébergé dans ce bâtiment. Créé en 2008 sous forme de groupement de coopération sanitaire, l’IRFC fédère les équipes de soins en cancérologie des établissements publics et privés pratiquant l’oncologie médicale et/ou la radiothérapie. L’idée principale était de mutualiser les moyens en constituant au sein du CHRU une équipe régionale unique de praticiens intervenant sur les différents sites de la région.Cette organisation originale, dans une région qui ne dispose pas de centre de lutte contre le cancer, porte aujourd’hui ses fruits. L’activité des établissements de santé a été préservée, voire augmentée  et les patients ont accès à des oncologues spécialisés par organe ; ces experts mettent leur compétence et leur expertise au service de lensemble de la région.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.