Cancéro-Biologie : le PCBio nouveau pôle de référence franc-comtois

Dans le cadre de son plan d’investissement et de modernisation, le CHRU de Besançon a lancé en septembre 2010 le projet de construction d’un bâtiment dédié aux activités de cancérologie et de biologie : le PCBio. Assurer une meilleure prise en charge des patients suivis en cancérologie, améliorer les conditions de travail des équipes et accroître la rapidité du service rendu aux patients, sont les enjeux majeurs qui ont prévalu à la mise en œuvre de ce projet. Un chantier d’envergure qui a mobilisé, pendant près de 5 ans, l’ensemble des équipes de l’établissement.

En septembre 2010  le CHRU de Besançon lançait le projet de construction d’un bâtiment dédié aux activités de cancérologie et de biologie : le PCBio. Edifié dans le cadre du plan d’investissement et de modernisation du CHRU pour un montant de 65 millions d’euros, le  Pôle Cancéro-Biologie s’étend sur 19 000 m², à proximité immédiate du CHRU Jean Minjoz. Sa vocation : assurer une meilleure prise en charge des patients suivis en cancérologie, améliorer les conditions de travail des équipes et accroître la rapidité du service rendu aux patients. Près de 5 ans après, le 3 juillet 2015 se tenait la cérémonie de remise des clés du bâtiment PCBio en présence des professionnels de l’établissement et des partenaires associés à ce projet structurant pour l’offre de soins franc-comtoise.
Pour Patrice Barberousse, Directeur général du CHRU « Organiser la remise des clés du PCBio est un honneur et une récompense. Ce chantier a été conduit de façon exemplaire, les délais et les budgets ont été respectés à l’heure et à l’euro près. Ceci est suffisamment exceptionnel pour être souligné ».
Le bâtiment accueillera, dès l’automne 2015, les 11 laboratoires du pôle biologie au sein d’un plateau unique doté d’équipements et d’installation modernisés organisé en trois secteurs : un tri des prélèvements, un secteur infectieux et un secteur molécules-cellules. Deux nouveaux dispositifs technologiques seront alors activés : un plateau automatisé de 400 m2  pour les analyses de routine et le regroupement de techniques d’analyses en plate-forme technologiques pour la biologie moléculaire, les méthodes séparatives et la radio immuno analyse.
Les activités de cancérologie seront regroupées dans le PCBio avec notamment la radiothérapie et son plateau technique de dernière génération (4 accélérateurs de particules), la curiethérapie et un bunker à haut débit, l’unité de chimiothérapie de 45 places, le plateau de consultations commun à l’oncologie et aux soins de support, 30 lits d’hospitalisation complète pour la radiothérapie et l’oncologie, l’unité de pharmacie clinique oncologique pour la préparation des anticancéreux, des locaux dédiés à la recherche… Le siège de l’Institut régional fédératif du cancer (IRFC), dont la mission principale est de développer une politique coordonnée de la prise en charge en Franche-Comté, sera également hébergé au sein du nouveau bâtiment.
Les déménagements de l’ensemble des services s’échelonneront entre octobre 2015 et mars 2016.
L’investissement de 65 millions d’euros a été financé à 50 % par le Ministère de la Santé. La participation des collectivités territoriales s’élève à 7,7 millions d’euros. La Ligue contre le cancer apporte également une contribution d’1 million d’euros en équipements et aides diverses.
La conception et le projet architectural ont été menés par le cabinet d’architectes AIA, Architectes ingénieurs associés. Le chantier a été réalisé par le groupement Verazzi / Campenon Bernard Franche-Comté, groupe Vinci.
Certifié Haute qualité environnementale (HQE), le PCBio s’inscrit également dans la labellisation Bâtiment basse consommation (BBC Effinergie).

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.