Cancer : le CHRU de Nancy, site de référence du Grand Est en Radio Théranostique Interne Vectorisée (RTIV)

Au printemps 2020, les premiers patients atteints de cancers en provenance de tout le Grand Est seront accueillis au sein du site de Brabois Adultes du CHRU de Nancy pour bénéficier d’un traitement de RadioThérapie Interne Vectorisée (RTIV). Un procédé thérapeutique innovant consistant en l'administration d'un médicament composé d’une molécule «vectrice» liée chimiquement un isotope radioactif.

Au printemps 2020, les premiers patients atteints de cancers en provenance de tout le Grand Est seront accueillis au sein du site de Brabois Adultes du CHRU de Nancy pour bénéficier d’un traitement de RadioThérapie Interne Vectorisée (RTIV). Un procédé thérapeutique innovant consistant en l’administration d’un médicament composé d’une molécule «vectrice» liée chimiquement un isotope radioactif. 

Le lundi 16 septembre a marqué le lancement officiel du projet de RTIV au sein du CHRU de Nancy en lien avec la plateforme Nancyclotep et l’Institut de Cancérologie de Lorraine (ICL), en présence de Dominique Le Guludec, la présidente de la Haute Autorité de Santé (HAS) .

Ces dernières années des résultats extrêmement encourageants ont été prouvés dans le traitement de plusieurs types de cancers : cancers de la prostate, du sein, du rein, dans certains lymphomes, certaines tumeurs cérébrales et tumeurs neuroendocrines. Avec cette future ouverture l’établissement lorrain devient le site de recours et de référence en RTIV du Grand Est. Pour cela, il a reçu le soutien de l’ARS qui promeut la prise en charge des cancers au travers d’un parcours prioritaire dans son Projet Régional de Santé 2018-2028. 

Coup d’envoi pour la création du plateau technique

Pour accueillir cette nouvelle activité, des travaux ont débuté cette semaine afin de créer le plateau technique composé d’un cyclotron, d’une production robotisée de radiotraceurs, d’un laboratoire de R&D en radiochimie et radio pharmacie financé par Nancyclotep, en partenariat avec la société PMB-ALCEN. Ce programme a reçu le soutien des Fonds Européen de Développement Régional FEDER (7,2 millions d’euros). Ce plateau technique a pour objectif de développer et de produire les médicaments radiopharmaceutiques spécifiques nécessaires aux examens d’imagerie pour sélectionner les patients pouvant bénéficier de la RTIV, pour adapter le traitement (doses et durée) et pour la surveillance de l’efficacité thérapeutique. Ce couplage entre la RadioThérapie Interne Vectorisée et l’Imagerie diagnostique est désigné par le néologisme « Radiothéranostique ». 

Le lancement des travaux prévu fin 2019

Les travaux pour accueillir la future unité d’hospitalisation dédiée, composée de 14 lits, débuteront au dernier trimestre 2019. Particularité, le futur service sera équipé de 7 chambres classiques et de 7 chambres plombées, par lesquelles les patients doivent séjourner pendant 1 à 7 jours après leur traitement.

Afin d’ouvrir cette nouvelle unité d’hospitalisation, le CHRU a reçu le soutien des Fonds Européen de Développement Régional FEDER (141.000€) pour le volet recherche et de la Ligue contre le cancer (250.000€), grâce la générosité des motards de l’association « une rose, un espoir » qui ont sillonné le département au printemps dernier pour vendre des roses au profit de ce projet. L’hôpital quant à lui réalise un investissement de 478.000€ dans ce projet, et a demandé un soutien financier à l’ARS.

1400 patients traités d’ici 2024

D’ici 2024, ce sont 1400 patients qui devraient être traités associés à la réalisation de 4.200 examens d’imagerie dédiés. L’importance et la qualité de l’environnement médical (CHRU et Institut de Cancérologie de Lorraine), le plateau technique exceptionnel en imagerie, en R&D et en production de radiopharmaceutiques ainsi que l’organisation juridique originale grâce au GIE Nancyclotep, font de Nancy un site d’excellence pour:

La mise en œuvre de la RTIV, thérapie innovante et prometteuse en oncologie au profit de la population du Grand Est

La recherche méthodologique et technologique dans le domaine des radiopharmaceutiques et de l’imagerie avec des collaborations industrielles structurées

– La recherche clinique académique et industrielle avec la participation des laboratoires du domaine et des «Big Pharma» qui ont récemment investi massivement dans ce secteur et qui sont à la recherche de sites performants pour leurs essais cliniques.

Ce projet va donc contribuer au progrès médical, à la recherche en biologie-santé ainsi qu’au développement économique du territoire. Le CHRU de Nancy affirme à nouveau sa place de leader en matière d’innovation thérapeutique dans la prise en charge du cancer. Une journée dédiée au parcours de soins et à l’innovation en cancérologie est d’ailleurs organisée le 28 novembre sur le campus santé Brabois.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’obésité

Elle concerne 17% des adultes en France, a des origines multiples et peut entraîner de nombreuses complications – cardiovasculaires, hépatiques, rénales, respiratoires, dermatologiques, cancers, diabète – : cette maladie, c’est l’obésité. Alors que la journée mondiale le l’obésité a eu lieu le le 4 mars, la rédaction a souhaité lui consacrer un dossier.

CHU de la Réunion, se préparer au cyclone

Au cours de la nuit du 20 au 21 février dernier, l’île de la Réunion a évité le choc qu’aurait pu causer le cyclone baptisé Freddy, finalement passé à environ 190 km de ses côtes. Face à l’alerte orange, le CHU de la Réunion a lancé son plan cyclone pour anticiper les conséquences d’une potentielle catastrophe. Retour sur les mesures mises en place.

MARADJA, une décennie à accompagner les jeunes atteints de cancers

En France, environ neuf cent adolescents (15-18 ans) et mille quatre cent jeunes adultes (18-25 ans) sont touchés chaque année par le cancer. Au CHU de Bordeaux, un lieu particulier leur est destiné, MARADJA (Maison Aquitaine Ressources pour Adolescents et Jeunes Adultes), qui fête ses dix ans. Nous y avons rencontré Lucile Auguin, traitée à vingt-trois ans pour une leucémie aiguë.

Lactarium Raymond Fourcade, la page se tourne à Bordeaux

Le 5 décembre dernier, sur le site de l’hôpital Haut-Lévêque (Pessac), était posée la première pierre du futur Lactarium Raymond Fourcade. Le projet qui sera livré l’an prochain, 1200 m2 de bâti neuf doté d’équipements dernier cri, doit venir “conforter la place du CHU de Bordeaux comme le plus important lactarium au niveau national” ; et prendre le relais de l’actuel site de production basé à Marmande (Lot-et-Garonne), en fonctionnement depuis près d’un demi-siècle et que le CHU avait acquis en 2012.