CHRU : Le Livre Blanc de la recherche médicale

Menacée de fuite vers des pays jugés plus performants, la recherche biomédicale et clinique française a besoin du soutien de l'Etat pour accroître son potentiel et préserver sa compétitivité.Alors que les Etats Généraux de la recherche s'achèvent sur des propositions de réforme de l'organisation de la recherche biomédicale française, les CHU, après plusieurs mois d'échanges et de travaux, apportent leur contribution à la réflexion nationale en cours. Ils formulent un certain nombre de propositions qui ont pour ambition l'excellence de la recherche biomédicale de notre pays.

Menacée de fuite vers des pays jugés plus performants, la recherche biomédicale et clinique française a besoin du soutien de l’Etat pour accroître son potentiel et préserver sa compétitivité.Alors que les Etats Généraux de la recherche s’achèvent sur des propositions de réforme de l’organisation de la recherche biomédicale française, les CHU, après plusieurs mois d’échanges et de travaux, apportent leur contribution à la réflexion nationale en cours. Ils formulent un certain nombre de propositions qui ont pour ambition l’excellence de la recherche biomédicale de notre pays.

Des ambitions pour la recherche médicale française
Les CHU rappellent l’apport fondamental et croissant des équipes hospitalo-universitaires au progrès médical et soulignent qu’ils sont aujourd’hui les premiers promoteurs institutionnels de recherche médicale en France. Ils ont beaucoup investi ces dernières années dans la structuration et la promotion de cette activité et souhaitent poursuivre aujourd’hui le travail de valorisation de la recherche afin de mieux faire connaître sa contribution à l’amélioration de la qualité de la prise en charge et de la qualité de vie des patients. Ils veulent aussi se doter d’indicateurs précis pour évaluer les activités de recherche ainsi que les retombées scientifiques et économiques des avancées médicales.

Les CHU proposent de renforcer la coordination entre les acteurs de la recherche dans le cadre du développement de politiques de sites cohérentes avec les objectifs nationaux de recherche définis par l’Etat. Ils appellent de leurs voeux une nouvelle gouvernance de la recherche biomédicale française et souhaitent notamment une actualisation des conventions entre hôpitaux et universités. Ils s’engagent également à renforcer l’information et la participation des patients à la recherche.

Enfin, les CHU sollicitent des adaptations législatives et réglementaires leur permettant de disposer des atouts pour se positionner dans la compétition internationale, et souhaitent la labellisation des équipes de recherche hospitalières d’excellence. Ils demandent également un renforcement des moyens financiers pour soutenir leur effort d’innovation.

Accéder à l’intégralité du livre blanc  

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.