« CHU de France Finance » : Création d’un groupement de coopération sanitaire pour accéder au marché obligataire

20 centres hospitaliers régionaux et universitaires : Amiens, Angers, Bordeaux, Brest, Dijon, Grenoble, Limoges, Lyon, Marseille, Metz-Thionville, Montpellier, Nancy, Nice, Nîmes, Orléans, Rennes, Saint-Etienne, Strasbourg, Toulouse et Tours ont constitué un Groupement de coopération sanitaire appelé « CHU de France Finance », le 3 juillet 2014.

20 centres hospitaliers régionaux et universitaires : Amiens, Angers, Bordeaux, Brest, Dijon, Grenoble, Limoges, Lyon, Marseille, Metz-Thionville, Montpellier, Nancy, Nice, Nîmes, Orléans, Rennes, Saint-Etienne, Strasbourg, Toulouse et Tours  ont constitué un Groupement de coopération sanitaire appelé « CHU de France Finance », le 3 juillet 2014. Objectif : diversifier leurs sources de financement, mutualiser leurs savoir-faire et leurs meilleures pratiques, et faire connaître collectivement leur rôle économique et la qualité de leur signature auprès des prêteurs et des investisseurs.
En instaurant une structure permanente de conception et de gestion, les CHRU ainsi réunis ont assigné au Groupement les objectifs suivants :

– Négocier au mieux les financements dont chacun d’eux a besoin ;
– Homogénéiser la documentation de crédit et la documentation financière ;
– Favoriser une appréciation homogène des émetteurs par les agences de notation financières et éthiques ;
– Organiser, professionnaliser, coordonner, développer et pérenniser le recours à des financements groupés mais non solidaires ;
– Créer un échelon financier susceptible de faciliter et sécuriser les flux de fonds entre prêteurs et emprunteurs.
Le groupement s’appuiera sur l’expertise des directions financières de ses membres, et aussi sur celle de la Direction générale de l’offre de soins (Ministère chargé de la Santé), de la Direction générale des Finances publiques (Ministère des Finances & des Comptes publics) et de ses services déconcentrés.
Le Groupement maintiendra un lien étroit avec ces Ministères afin d’assurer la plus grande transparence des choix opérés lors des opérations annuelles.
"Depuis 2009, les CHU ont lancé trois émissions expérimentales. Avec ce groupement, ils entendent se positionner comme un acteur du marché obligataire ; un moyen de diversifier et de maîtriser leur endettement." précise Jean-Marc Viguier, secrétaire général de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille, établissement désigné mandataire du groupement.
Le Groupement a engagé les démarches d’autorisation et de publication nécessaires pour obtenir la personnalité morale et la nomination d’un comptable public habilité à gérer ses comptes. Une première émission obligataire conjointe devrait pouvoir être organisée dès le début 2015.
Contact
jean-marc.viguier@ap-hm.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.