CHU de Limoges : pose de la première pierre de l’hôpital Dupuytren 2

Le 20 janvier 2017, le CHU de Limoges a posé la première pierre de son futur hôpital Dupuytren 2, d'une capacité de 340 lits, places et postes. Projet majeur d'un vaste plan de modernisation, le nouveau bâtiment devrait ouvrir ses portes en 2018.
Le 20 janvier 2017, le CHU de Limoges a posé la première pierre de son futur hôpital Dupuytren 2, d’une capacité de 340 lits, places et postes. Projet majeur d’un vaste plan de modernisation, le nouveau bâtiment devrait ouvrir ses portes en 2018. 
Avec une façade ouvrant sur la voie Bernard Descottes, une importante concentration d’activités médico-chirurgicales et une connexion avec le bâtiment historique Dupuytren, le futur bâtiment s’inscrit en complémentarité dans un ensemble architectural global.
Un « Dupuytren 1 » à restructurer et un « Dupuytren 2 » à construire, dans le cadre d’une profonde recomposition du site.
Dupuytren 2 offrira un cadre accueillant et adapté aux besoins et aux attentes des patients, des accompagnants et des professionnels. Ce bâtiment de 340 lits, places et postes, répartis sur 4 niveaux sera relié à l’arrière de l’hôpital Dupuytren (aile B) par une passerelle.
Ce bâtiment neuf de 26 000 m² (SDO) entre en effet dans une logique globale de travaux de modernisation : il libère des surfaces dans les niveaux supérieurs de l’hôpital Dupuytren, permettant ainsi sa restructuration par des opérations tiroirs.
Il regroupe des services de Dupuytren et les activités actuellement basées à l’hôpital Le Cluzeau.
Une liaison entre Dupuytren 2 et Dupuytren 1
Une attention particulière a été portée sur les usages en optimisant les flux. Une passerelle reliant Dupuytren 1 et Dupuytren 2 est conçue sur deux niveaux, dont un réservé aux circuits prioritaires vers le plateau technique (urgences, bloc opératoire, imagerie) et un autre pour le public (malades, visiteurs) et la logistique.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.