CHU de Nancy : 1er centre au monde à ouvrir l’étude EPOCH portant sur la maladie d’Alzheimer

Plus de 200 centres participent à travers le monde à l’étude clinique EPOCH sur la maladie d’Alzheimer et le coup d’envoi revient au Centre Mémoire de Ressources et de Recherche de Lorraine (CMRR) du CHU de Nancy labellisé depuis 2003 et installé dans le service de Gériatrie du Pr Athanase Bénétos. 4 ans, c’est la durée de cette étude clinique internationale promue par un laboratoire pharmaceutique américain et portant sur l’efficacité d’un nouveau médicament pour bloquer les actions de l’enzyme Bace (beta sécrétase) qui contribuerait au déclenchement et à l’évolution de la maladie d’Alzheimer. Explications.

Plus de 200 centres participent à travers le monde à l’étude clinique EPOCH sur la maladie d’Alzheimer et le coup d’envoi revient au Centre Mémoire de Ressources et de Recherche de Lorraine (CMRR) du CHU de Nancy labellisé depuis 2003 et installé dans le service de Gériatrie du Pr Athanase Bénétos.  4 ans, c’est la durée de cette étude clinique internationale promue par un laboratoire pharmaceutique américain et portant sur l’efficacité d’un nouveau médicament pour bloquer les actions de l’enzyme Bace (beta sécrétase) qui contribuerait au déclenchement et à l’évolution de la maladie d’Alzheimer. Explications.

Les médicaments actuellement commercialisés contre la maladie d’Alzheimer ont pour caractéristique essentielle de traiter les symptômes de la pathologie mais pas de la ralentir ni de la stabiliser. L’étude clinique internationale EPOCH qui a démarré en France au CMRR du CHU de Nancy, depuis la fin du mois de novembre 2012, vise à déterminer si le médicament à l’étude se révèlera efficace pour bloquer l’un des mécanismes majeurs impliqués dans la maladie d’Alzheimer : la formation de plaques dans le cerveau par l’accumulation anormale de peptides amyloïdes, stimulée par l’enzyme Bace.

1960 patients volontaires au stade léger ou modéré de la maladie d’Alzheimer se prêteront à l’étude clinique dans 21 pays  dont la France avec 115 patients. Pendant la première phase de traitement, les patients du CHU de Nancy et des autres centres, recevront en aveugle soit un placebo soit le médicament à différentes doses. Les dosages les plus adaptés pour les patients seront retenus dans une seconde phase. Les participants à l’étude seront soumis en parallèle à des examens pour mesurer l’évolution de la maladie d’Alzheimer qui pourra notamment être suivie par Pet Scan, IRM et ponction lombaire. De la même façon une surveillance particulière sera conduite dans le domaine de l’ophtalmologie.

Cette première ouverture internationale d’un centre au CMRR du CHU de Nancy résulte d’un travail efficace mené en commun entre l’équipe de recherche du CeGEPS Est (Centre de gestion des essais de produits de santé pour l’inter région Est), et 4 équipes médicales du CHU de Nancy : l’ophtalmologie (Pr Karine Angioi), la neuroradiologie (Pr Serge Bracard), la médecine nucléaire (Pr Pierre-Yves Marie) et la pharmacie (Dr Isabelle May), avec le soutien des directions référentes de l’établissement.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.