A Nantes, une fillette bénéficie d’un cœur artificiel

Anaïs, 8 ans, souffre d’une cardiomyopathie dilatée qui mettait ses jours en danger. Hospitalisée d'urgence en avril 2011, elle a pu attendre une greffe de cœur pendant trois semaines grâce un système d'assistance cardiaque mécanique. Aujourd'hui la fillette se porte bien et a pu quitter le CHU pour son domicile de La Rochelle. En septembre, comme tous les enfants de son âge, elle reprendra le chemin de l'école.

Anaïs, 8 ans, souffre d’une cardiomyopathie dilatée qui mettait ses jours en danger. Hospitalisée d’urgence en avril 2011, elle a pu attendre une greffe de cœur pendant trois semaines grâce un système d’assistance cardiaque mécanique. Aujourd’hui la fillette se porte bien et a pu quitter le CHU pour son domicile de La Rochelle. En septembre, comme tous les enfants de son âge, elle reprendra le chemin de l’école.

Première au CHU de Nantes

Chirurgie lourde, l’assistance cardiaque mécaniques nécessite la présence d’équipes spécialisées et formées. Les équipes du CHU de Nantes du Pr Véronique Gournay, cardiopédiatre, du Dr Jean-Marc Dejode, réanimateur pédiatrique et du Pr Olivier Baron, chirurgien thoracique et cardio-vasculaire ont décidé d’installer ce système en mai dernier sur Anaïs, après l’échec des traitements médicamenteux.
Ce dispositif d’assistance cardiaque offre un sursis avant d’obtenir une greffe de cœur compatible. Composé d’une pompe externe, il simule le cœur auquel il est relié par des canules.
Grâce à lui Anaïs a bénéficé d’un sursis avant la greffe de cœur compatible. Celle-ci était réalisée avec succès 3 semaines plus tard. Aujourd’hui la fillette va bien et a retrouvé les siens à La Rochelle.

Appel au don d’organes

Le grand public doit rester sensibilisé au don d’organes car les besoins pour les transplantations cardiaques en pédiatrie sont importants. Comme le rappelle Michel Videcoq, responsable de la coordination des prélèvements d’organes et de tissus au CHU, 30% des enfants inscrits sur liste d’attente décèdent, faute de greffon.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.