CHU de Nîmes et CH d’Ales : des dynamiques complémentaires

Afin de proposer la meilleure offre de soins aux patients des deux communautés d'agglomérations, Nîmes Métropole et Grand Alès en Cévennes, le CHU de Nîmes et le CH d'Alès, ont construit un partenariat autour du thème « santé et organisation de l'offre de soins », axe fort du projet de territoire. Sont concernées la gynécologie, l'urologie, la gastro-entérologie, la tumorothèque… Le 30 avril 2009, la convention cadre signée entre les deux établissements confortera leurs coopérations. Quant à leur dynamique de développement, elle se poursuivra avec notamment l'ouverture début 2010 du nouvel hôpital HQE d'Alès et le lancement de trois projets immobiliers pour le CHU de Nîmes.

Afin de proposer la meilleure offre de soins aux patients des deux communautés d’agglomérations, Nîmes Métropole et Grand Alès en Cévennes, le CHU de Nîmes et le CH d’Alès, ont construit un partenariat autour du thème « santé et organisation de l’offre de soins », axe fort du projet de territoire. Sont concernées la gynécologie, l’urologie, la gastro-entérologie, la tumorothèque… Le 30 avril 2009, la convention cadre signée entre les deux établissements confortera leurs coopérations. Quant à leur dynamique de développement, elle se poursuivra avec notamment l’ouverture début 2010 du nouvel hôpital HQE d’Alès et le lancement de trois projets immobiliers pour le CHU de Nîmes.

L’enjeu territorial
En 2005, la Datar, aujourd’hui Délégation interministérielle à l’aménagement et à la compétitivité (Diact), avait lancé un appel à projets aux communautés urbaines pour encourager les regroupements, dans une logique de valorisation des territoires. Dans ce cadre, les deux Communautés d’Agglomération, Nîmes Métropole et le Grand Alès avaient décidé de mutualiser leurs atouts pour bâtir des projets communs relatifs au développement économique, à la santé, à la culture, au tourisme, à l’urbanisme, ou encore à l’habitat.
Le 1er mars 2007 ce rapprochement s’est concrétisé par la création de l’Association pour l’émergence d’un projet commun de développement des agglomérations d’Alès et de Nîmes, co-présidées par Max Roustan, Député – Maire d’Alès, et Jean-Paul Fournier, Sénateur -Maire de Nîmes. Cette association constitue un lieu privilégié de concertation des acteurs sur les enjeux du territoire.

Les complémentarités entre les deux hôpitaux s’inscrivent dans le cadre de cette nouvelle organisation territoriale et de la future loi Hôpital, Patients, Santé, Territoires. Elles assurent à l’ensemble de la population une offre de soins graduée, performante et de qualité, dans la structure la plus adaptée.

En gynécologie et urologie, le Centre Hospitalier d’Alès dispose de plateaux techniques significatifs, notamment adaptés à la réalisation d’actes de chirurgie de premier niveau. La réalisation d’actes de chirurgie beaucoup plus spécialisés sera effectuée au CHU de Nîmes.

En gastro-entérologie, les unités fonctionnelles de Gastro-entérologie et de chirurgie digestive du Centre Hospitalier d’Alès entretiennent depuis plusieurs années une collaboration étroite avec les unités fonctionnelles de Gastro-entérologie et de chirurgie digestive du CHU de Nîmes. Les patients du CH d’Alès sont alors transférés à Carémeau à Nîmes pour la réalisation notamment d’endoscopies digestives opératoires.

L’accès à la tumorothèque s’effectuera au CHU de Nîmes. Les examens de Médecine nucléaire de scintigraphie et de ganglions sentinelles seront réalisés dans le service de médecine nucléaire du CHU de Nîmes. Le CH d’Alès aura la possibilité d’utiliser la sonde isotopique per-opératoire du CHU de Nîmes.
Un comité de pilotage médico-administratif sera chargé de suivre la politique de coopération entre les deux établissements ainsi que les actions concrètes et d’évaluer leur mise en oeuvre.
Ces relations de complémentarité permettent de respecter le libre choix des patients en faveur de l’Hôpital public, exprimé par leur choix initial de l’Hôpital d’Alès. Enfin, elles permettront de réaliser les soins les plus appropriés au meilleur coût.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.