CHU de Poitiers- CH de Montmorillon : une fusion porteuse de développement

Effective au 1er janvier 2016*, la fusion entre le CHU de Poitiers et le CH de Montmorillon (CHM), apporte à cet hôpital de proximité situé au Nord de la Vienne les moyens de se moderniser et de se développer. Conformément au projet médical, un nouveau bâtiment sera construit au milieu du site et ouvrira en 2019. Il abritera les nouveaux blocs opératoires, les espaces dédiés à la chirurgie ambulatoire et à l’hôpital de jour ainsi qu'un service médico-chirurgical d'hospitalisation complète

Effective au 1er janvier 2016*, la fusion entre le CHU de Poitiers et le CH de Montmorillon (CHM), apporte déjà à cet hôpital de proximité situé au Nord de la Vienne les moyens de se moderniser et de se développer. Conformément au projet médical, un nouveau bâtiment sera construit au milieu du site et ouvrira en 2019. Il abritera les nouveaux blocs opératoires, les espaces dédiés à la chirurgie ambulatoire et à l’hôpital de jour ainsi qu’un service médico-chirurgical d’hospitalisation complète. Au total 7 000 m² de locaux fonctionnels et modulables pour un montant de 20 millions d’euros. Ce programme d’investissement ambitieux apporte une réponse à l’augmentation et à la diversification de l’offre de soins.
Les nouveaux circuits et espaces faciliteront les mutualisations et une organisation plus fluide et rationnelle. Les consultations seront regroupées en un seul lieu comprenant des consultations polyvalentes mais aussi des salles spécialisées pour l’ophtalmologie et la gynécologie. Par ailleurs, des espaces seront proposés à certains partenaires extérieurs de l’hôpital notamment pour des prises en charge en psychiatrie.
Cette reconfiguration va libérer des superficies dans le bâtiment principal, ce qui permettra de réaménager les urgences et le plateau technique.
Toute la communauté hospitalière est associée au renouveau de l’hôpital
« L’activité du bloc opératoire évolue sans cesse. On assiste à une augmentation des actes d’ophtalmologie, la réalisation récente d’actes de pneumologie et prochainement la prise en charge de geste opératoire d’urologie et de gynécologie. Tout cela s’ajoute à une activité constante et chargée d’orthopédie, une augmentation progressive des interventions de chirurgie viscérale ainsi qu’une activité fournie de gastro-entérologie. Dans ce contexte, la reconstruction des salles opératoire s’impose. » souligne le Dr Thomas Courvoisier, chirurgien viscéral au CHU au CHM
« Notre projet architectural est l’aboutissement de notre projet d’établissement. C’est une nécessité et une formidable opportunité pour fédérer les équipes soignantes autour d’un projet commun très attendu. Nous, soignants, souhaitons mettre le patient au coeur du dispositif en travaillant sur l’amélioration des conditions d’accueil et la fluidité du parcours patient. Nous sommes prêts à repenser nos organisations : fonctionnalité et efficience guideront nos réflexions. » s’enthousiasme Florence Loger, cadre supérieur de santé FF de directrice des soins.
Le nouveau bâtiment du CH de Montmorillon en chiffres
Surfaces en construction : environ 6 000 m2
Surfaces en restructuration : environ 1 000 m2
Estimation prévisionnelle du projet : 20 millions d’euros, dont 18 millions pour la réalisation du bâtiment à construire et 2 millions pour la restructuration de l’ancien bloc opératoire et du service actuel des urgences

Calendrier prévisionnel
Lancement de la procédure de concours MOE : octobre 2015
Début des études de conception : juin 2016
Travaux : 2018-2019
Energies mobilisées : 100 %
D’après un article publié dans la Lettre d’information du CHU de Poitiers N° 186 – 20 novembre 2015
*https://www.reseau-chu.org/article/poitiers-montmorillon-fusion-au-1er-janvier-2016/

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.