CHU de Saint-Etienne – CH de Roanne : intérim avant direction commune

Le CHU de Saint-Etienne assurera la direction par intérim du centre hospitalier de Roanne (1.000 lits et places, 2.300 salariés) à partir de mi-avril. Ce rapprochement devrait aboutir à une direction commune en 2019. Dans un communiqué commun les deux établissements expliquent l’intérêt de cette nouvelle gouvernance « l’intérim de direction est un levier fort pour renforcer les coopérations au bénéfice direct des missions de soin des deux établissements. Il s’agit de sécuriser les activités et de fluidifier les parcours de soins, de développer durablement les synergies entre les deux hôpitaux. »
Le CHU de Saint-Etienne assurera la direction par intérim du centre hospitalier de Roanne (1.000 lits et places, 2.300 salariés) à partir de mi-avril. Ce rapprochement devrait aboutir à une direction commune en 2019. Dans un communiqué commun les deux établissements expliquent l’intérêt de cette nouvelle gouvernance « l’intérim de direction est un levier fort pour renforcer les coopérations au bénéfice direct des missions de soin des deux établissements. Il s’agit de sécuriser les activités et de fluidifier les parcours de soins, de développer durablement les synergies entre les deux hôpitaux. » 
Ce partenariat se situe dans le prolongement de la coopération initiée en mars 2015 avec la signature d’un accord-cadre de coopération en mars 2015 et plus récemment de la dynamique du GHT Loire, pour une répartition plus équitable de l’offre de soins de proximité.
En pratique 
Clément Caillaux, actuellement directeur adjoint au CHU stéphanois sera mis à disposition au Centre Hospitalier roannais avec une présence quotidienne. Il prolongera l’action menée par Dominique Huet, Directeur du Centre Hospitalier de Roanne, qui prendra sa retraite après 3 ans passés à la tête de l’établissement. Sous sa direction, le Centre Hospitalier a enclenché une nouvelle étape de son développement et amélioré sa trajectoire financière. Placé sous administration provisoire en 2014, le Centre Hospitalier de Roanne a redressé sa situation financière, notamment grâce à la hausse d’activité (+ 9 % d’entrées entre 2014 et fin 2017), et de nouvelles perspectives de développement d’activité.
Ce rapprochement intervient donc après une période marquée par des difficultés budgétaires importantes. Les deux hôpitaux publics ont fait les efforts nécessaires, développé leur activité et redressé leurs trajectoires financières qui doivent toutefois être sécurisées. 
Avec le soutien du CHU de Saint-Etienne dirigé par Michaël Galy, le CH de Roanne va conforter sa place et son rôle dans le territoire. Etablissement pivot pour le bassin roannais, il est le deuxième offreur de soin du GHT Loire. Les actions concrètes sont déjà réelles : appui médical fort en neurologie et en chirurgie vasculaire, obtention de l’autorisation de l’Agence de Biomédecine pour certains prélèvements d’organes (dits « Maastricht III »), participation au réseau « Ophtalmologie Nouvelle Génération », postes médicaux partagés dans différentes spécialités,  émergence de parcours professionnels territoriaux facilitée par une direction des affaires médicales commune entre les deux établissements depuis avril 2017. 
Un projet qui sécurise l’offre de soins publique sur le territoire au bénéfice direct des patients 
Porteuse de sens et de perspectives pour les deux établissements, la coopération renforcée doit avant tout bénéficier aux patients et aux professionnels de santé.

Pour les patients du bassin roannais,
le rapprochement des deux établissements permettra de disposer sur place de l’offre de soin la plus large possible, tant pour des prises en charge de première intention que pour des prises en charge plus complexes, en développant au besoin la télémédecine.
Concernant les prises en charge dites « de recours », l’adressage au CHU de St Etienne se déroulera dans un cadre coordonné, avec des outils communicants (dossier patient informatique partagé) garantissant la continuité et la sécurité de la prise en charge Les pratiques de soin seront harmonisées et évaluées conjointement, dans le cadre d’une démarche qualité commune (certification conjointe, évaluation des pratiques, « patients traceurs » destinés à évaluer la bonne coordination en cas de transfert d’un patient…) 

Pour les professionnels, il s’agit d’accroître l’attractivité des postes médicaux au CH de Roanne et de consolider les filières de soin, dans le cadre de parcours de soins gradués et coordonnés, en cohérence avec le projet médical et soignant partagé. 
Une gestion prévisionnelle et commune des emplois médicaux aidera à anticiper au mieux les besoins, à proposer des parcours professionnels ainsi qu’un accompagnement individualisé avec la possibilité d’exercices professionnels partagés entre le CH de Roanne et le CHU, pour celles et ceux qui souhaitent développer une compétence spécialisée, accéder à un plateau technique de recours pour leurs patients ou encore participer à des activités de recherche clinique – à terme, l’universitarisation de certains services cliniques du CH de Roanne est envisagée afin de favoriser l’arrivée de jeunes praticiens (chefs de clinique) grâce au soutien de la Faculté de Médecine de St Etienne.

Le renforcement de la coopération médicale favorisera la mise en œuvre du projet médical partagé. Mais elle n’est pas exclusive ; les collaborations soignantes, administratives ou techniques seront aussi renforcées avec la possibilité de partager les expertises. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.