CHU et Maternité de Nancy fusionnés : la refondation en marche

La fusion entre le Centre Hospitalier Universitaire et la Maternité Régionale Universitaire de Nancy est effective depuis le 1er janvier 2014. Ainsi cesse une situation unique au plan national : le CHU de Nancy était le seul, parmi les 32 autres CHRU, à être séparé des activités de gynécologie-obstétrique et de néonatologie. Désormais doté d'une capacité d’accueil totale de 1 774 lits et places, le nouvel établissement emploie 8 884 professionnels et son budget annuel s'élève à 715 millions d’Euros.

La fusion entre le Centre Hospitalier Universitaire et la Maternité Régionale Universitaire de Nancy est effective depuis le 1er janvier 2014. Ainsi cesse une situation unique au plan national : le CHU de Nancy était le seul, parmi les 32 autres CHRU, à être séparé des activités de gynécologie-obstétrique et de néonatologie. Désormais doté d’une capacité d’accueil totale de 1 774 lits et places, le nouvel établissement emploie 8 884 professionnels et son budget annuel s’élève à 715 millions d’Euros.
Un renforcement du Service Public Hospitalier pour la population de la Lorraine
Evoqué de longue date, le processus de fusion a réellement débuté au printemps 2012, à la demande de l’Agence Régionale de Santé de Lorraine. Le 1er janvier 2014 est la date officielle de fusion formalisée par décret. Une fusion qui renforce le Service Public Hospitalier lorrain en améliorant la cohérence de l’offre publique de soins en Lorraine et dans l’interrégional :
> Le CHU, avec la Maternité Régionale, est le lieu de formation des gynécologues obstétriciens et des pédiatres néonatalogistes
> Le CHU se positionne comme le recours régional pour la prise en charge des pathologies compliquées de la grossesse. Le regroupement facilite la transversalité des prises en charge de recours (diabète gestationnel…).
> La collaboration entre professionnels de santé dans les domaines du soin, de l’enseignement et de la recherche par exemple à travers le développement d’un projet de chirurgie fœtale in utero du spina bifida (malformation congénitale), est organisée dans un cadre plus cohérent.
> Le regroupement permet de mieux fédérer les énergies et les projets, et de développer des techniques et des équipements innovants comme le robot chirurgical.
> Le CHU de Nancy, avec la Maternité Régionale, réaffirme ainsi son rôle de soutien des établissements de proximité, en conjuguant l’activité de recours, à Nancy, et l’activité de proximité, au plus près des lieux de vie des femmes et de la population.
La mise en place d’un dossier informatisé commun facilitera la prise en charge des femmes, lorsque sont impliquées des spécialités complémentaires : obstétrique, chirurgie, endocrinologie, génétique…
La mutualisation de fonctions et des savoir-faire existants permet de mieux utiliser les moyens communs et de s’appuyer pour la prise en charge des malades sur les compétences existant, à un très haut niveau, au CHU et à la Maternité Régionale. Dégager les capacités pour préparer l’avenir, investir à bon escient, travailler à des organisations efficaces, s’adapter à la demande de la population… les bases de la refondation du CHU sont posées aussi à la Maternité et prolongent le travail de réorganisation entrepris dès 2012.
Fusion CHU / Maternité : un élément dans la refondation du CHU de Nancy
Les deux établissements, placés dans une situation comparable sur le plan financier, fusionnent dans une nouvelle entité en refondation.
Repenser le parcours du patient, adapter la taille des unités, redéfinir les organisations internes, relancer l’investissement pour l’acquisition des matériels les plus modernes, améliorer conditions de travail des professionnels comme conditions de prise en charge des malades… constituent les enjeux de la refondation.
La réaffirmation du rôle régional du CHU en Lorraine, en recours pour la prise en charge des malades atteints des pathologies les plus lourdes ou graves, mais aussi en proximité pour permettre le maintien d’une offre hospitalière publique dans toute la région, nécessite de rebâtir les organisations.
Prendre en compte, dans toutes les disciplines, le rôle majeur du CHU de Nancy et de ses équipes en matière de recherche médicale, d’enseignement, de formation, est un élément majeur qui pour être moins souvent souligné, n’en est pas moins essentiel : la plupart des médecins exerçant en Lorraine ont été formés au CHU, par la Faculté de Médecine de Nancy.
Un soutien majeur des pouvoirs publics
L’accompagnement par le Ministère de la Santé et l’Agence Régionale de Santé de Lorraine, lié aux efforts de réorganisation du CHU, fera l‘objet de décisions en mars 2014. La capacité du CHU, de ses professionnels, de ses médecins à s’engager résolument dans des réorganisations sera un élément fort d’engagement des pouvoirs publics qui d’ores et déjà apportent un soutien financier majeur au CHU.
Le nécessaire accompagnement des professionnels
Les réorganisations sont nécessaires ; la refondation urgente, indispensable, doit être menée en profondeur. Mais elle suppose une attention particulière envers les professionnels, bousculés dans leurs habitudes.
Elle transforme les habitudes, change le fonctionnement quotidien, supprime des contraintes, en crée d’autres, nécessite d’autres métiers, au détriment de certains qui s’effaceront…
Pour accompagner les professionnels, dans un contexte où chacun doit retrouver sa place, le CHU de Nancy avec le soutien financier de l’ARS de Lorraine, a mis en place une cellule d’accompagnement, dotée de moyens spécifiques pour soutenir les mobilités rendues nécessaires par la réorganisation.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.