CHU – Etablissements d’Auxois-Morvan : une nouvelle filière de soins

Le CHU et le GCS Auxois-Morvan ont signé le 12 juin 2009 une convention visant à développer leur collaboration. L'objectif est de permettre une prise en charge de proximité satisfaisante pour les personnes admises au CHU, mais résidant dans la zone géographique des établissements constitutifs du GCS Auxois-Morvan. L'organisation de cette filière de soins permettra ainsi de faciliter la sortie des patients de services de court séjour du CHU, vers un établissement tout à fait adapté à leur prise en charge, à un coût moindre pour l'Assurance-Maladie.

Le CHU et le GCS Auxois-Morvan ont signé le 12 juin 2009 une convention visant à développer leur collaboration. L’objectif est de permettre une prise en charge de proximité satisfaisante pour les personnes admises au CHU, mais résidant dans la zone géographique des établissements constitutifs du GCS Auxois-Morvan. L’organisation de cette filière de soins permettra ainsi de faciliter la sortie des patients de services de court séjour du CHU, vers un établissement tout à fait adapté à leur prise en charge, à un coût moindre pour l’Assurance-Maladie.

Cette Convention de coopération concrétise aujourd’hui la volonté commune des deux structures d’harmoniser leur politique en matière de soins. Elle s’inscrit dans le cadre du Groupement de Coopération Sanitaire Auxois-Morvan, constitué de cinq établissements (Hôpital Local d’Alise Sainte Reine, Hôpital Local de Saulieu, Hôpital Local de Vitteaux, Clinique La Fougère de Vitteaux, et EHPAD -Etablissement Hébergeant des Personnes Âgées Dépendantes – de Pouilly en Auxois), et du Pôle Neurosciences et Chirurgie Réparatrice du CHU, qui se compose des services de Chirurgie Maxillo-faciale, Neurochirurgie, Neurologie, Odontologie, Ophtalmologie, ORL, Orthopédie et de Psychiatrie.

La convention définit les modalités de prise en charge des patients admis au sein des services du Pôle Neurosciences et Chirurgie Réparatrice du CHU, et dont le domicile est situé dans la zone
géographique des établissements constitutifs du GCS Auxois-Morvan, pour une trentaine de pathologies concernées. Ces patients bénéficieront donc d’une prise en charge de proximité, adaptée à leur pathologie, pour un coût d’hospitalisation bien inférieur au coût d’hospitalisation en CHU.

Communication quotidienne entre les établissements sur la disponibilité des lits, organisation de la continuité des soins prodigués, échanges réguliers entre praticiens sur l’évolution de l’état de santé des patients, notamment par télémédecine, formation des professionnels… sont autant d’aspects précisés par cette convention, signée pour un an et renouvelable par tacite reconduction.
Après évaluation, le dispositif mis en place pourra notamment, être étendu à d’autres pôles d’activités cliniques du CHU, mais également au-delà du GCS Auxois-Morvan.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.