CHU Là-haut, des horizons infinis s’ouvrent aux jeunes patients

La maladie grave ne se résume pas aux contraintes qui pèsent sur le quotidien ni aux séjours hospitaliers. Elle n’entraine pas forcément un repli sur soi. Au CHU de Dijon Bourgogne, la maladie est une occasion de vivre une expérience inédite comme le vol en montgolfière offert par l'association "CHU Là-haut". Portés par des ballons multicolores, les enfants malades prennent de la hauteur, découvrent des panoramas de rêve, rencontrent d'autres camarades comme eux... Déjà une vingtaine d'aérostiers amateurs ont pris leur envol pour leur plus grand bonheur et celui de leurs parents.

La maladie grave ne se résume pas aux contraintes qui pèsent sur le quotidien ni aux séjours hospitaliers. Elle n’entraine pas forcément un repli sur soi. Au CHU de Dijon Bourgogne, la maladie est une occasion de vivre une expérience inédite comme le vol en montgolfière offert par l’association "CHU Là-haut". Portés par des ballons multicolores, les enfants malades prennent de la hauteur, découvrent des panoramas de rêve, rencontrent d’autres camarades comme eux… Déjà une vingtaine d’aérostiers amateurs ont pris leur envol pour leur plus grand bonheur et celui de leurs parents.
Le choix de faire voler un enfant se fait en étroite concertation avec l’équipe soignante dont il dépend, pour lui assurer un confort maximum le jour du vol. Au-delà du vol lui-même, les participants forment une équipe, ils préparent la montgolfière, lors du gonflage du ballon ou encore lors du temps convivial à l’issue de l’atterrissage. Ces moments, propices à l’échange, rompent l’isolement et transforment le temps de la maladie en moment d’exception.
La montgolfière, engin tout à fait anachronique et archaïque dans son principe de base, permet de voler au ras des pâquerettes, de caresser la cime des arbres, de flirter avec la surface de l’eau mais aussi de s’élever à 5 000 ou 6 000 mètres d’altitude… Voler en ballon en Côte d’Or, entre Dijon et Beaune, c’est survoler un véritable patrimoine historique (châteaux, manoirs, abbayes) mais aussi les climats du vignoble bourguignon.

Témoignages de parents…
Votre généreuse et bénévole action permet de retrouver fugacement cette naturelle insouciance infantile que la maladie contribue à éloigner quotidiennement.”

Ma fille a participé à un de ces vols et, pour la première fois depuis longtemps, ses camarades de classe ne vont pas la plaindre… mais l’envier… Grace à vous, la maladie n’apporte pas que des mauvaises choses, elle apporte aussi un petit avantage qui représente une vraie bouffée d’air pur dans la vie de ces enfants. De plus cela permet aux enfants de rencontrer d’autres enfants malades, ils réalisent qu’ils ne sont pas seuls et peuvent échanger leurs sentiments. Pour les parents aussi, c’est important d’échanger avec d’autres parents qui vivent au quotidien avec la maladie d’un enfant.”
L’association CHU Là-haut
Alain Vagnez, Manipulateur en électroradiologie médicale au CHU Dijon Bourgogne, à créer en 2014 l’association CHU Là-haut. Avec quelques aérostiers amis et bénévoles, il a voulu faire partager sa passion aux enfants atteints de maladies chroniques suivis au CHU Dijon Bourgogne. Pour ouvrir le ciel à un nombre toujours plus importants de jeunes patients, l’association est à la recherche de partenaires…

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Panneau photovoltaïque

Le CHU durable, ou la nécessité de se tourner vert l’avenir

Installation de panneaux photovoltaïques, réduction des déchets, plan d’actions quinquennal etc. Comme d’autres établissements en France, et dans une période de nécessaire appropriation de solutions durables, le CHU de Clermont-Ferrand a pris le train en marche de l’éco-responsabilité. Si beaucoup reste à faire, quelques initiatives sont déjà à mettre à son crédit.

Chirurgie de l’obésité : une nouvelle expérimentation pour accompagner les patients aux HCL

Le Centre Intégré de l’Obésité des Hospices Civils de Lyon et la clinique Les Lilas Bleus participent, aux côtés des CHU de Toulouse et de Lille, à la mise en œuvre de l’expérimentation Article 51 national « Baria-Up », pour une durée de cinq ans. Ce premier parcours d’accompagnement de longue durée pour la chirurgie de l’obésité a accueilli en février ses deux premiers patients.