CHU / Trésor Public : Un partenariat historique

Deux conventions signées fin 2006 et mises en oeuvre dès le début de 2007 marquent la volonté du CHU de Fort-de-France et du Trésor public d'améliorer l'efficacité des procédures et de l'exécution financière et comptable de l'établissement public de santé. Aboutissement d'un partenariat établi depuis plusieurs années, la simplification de la gestion publique a été imaginée dans un esprit volontariste et innovant.

Deux conventions signées fin 2006 et mises en oeuvre dès le début de 2007 marquent la volonté du CHU de Fort-de-France et du Trésor public d’améliorer l’efficacité des procédures et de l’exécution financière et comptable de l’établissement public de santé. Aboutissement d’un partenariat établi depuis plusieurs années, la simplification de la gestion publique a été imaginée dans un esprit volontariste et innovant.

Convention de dématerialisation de la paie
Signée le 12 décembre 2006 elle a pour vocation de supprimer le support papier, à l’exception du bulletin de paie agent. Elle a pour conséquence des économies réalisées (un bulletin de paie revient à 30 centimes d’euros…, 3 bulletins économisés pour 4 000 paies mensuelles…). Elle entraîne aussi une diminution significative des manipulations, du stockage et la suppression du problème d’archivage pour les trois acteurs (CHU, Recette Hospitalière et Chambre Régionale des Comptes).
Dans cette logique de modernisation de la gestion publique et dans un contexte de réforme majeure de la gestion de l’hôpital public une deuxième convention, à vocation élargie, fruit d’une collaboration étroite entre les services du CHU et de la Recette Hospitalière a été mise en place.

Convention de services comptable et financier
Signée le 22 décembre 2006, elle représente une étape fondamentale d’un travail commun d’investigation entre les deux entités pour :
– Déterminer des pistes de progrès : dématérialisation des échanges, de la paye, de la facturation… modernisation des règlements (carte d’achat…) des encaissements (TIP, bornes de paiement…) avec un effort particulier sur les encaissements à forte volumétrie (Caisse Générale de la Sécurité Sociale, Mutuelles…)…
– Explorer de nouveaux domaines de coopération : en premier lieu ceux liés à la réforme budgétaire et comptable : le reporting financier infra annuel de l’exécution budgétaire (Etat Prévisionnel des Recettes et des Dépenses), le compte financier unique…
– Renforcer le partenariat : mise en place de formations communes, de partage d’accès aux bases de données… mais aussi développer l’offre de conseil financier, d’expertise et d’évaluation comptable, faire progresser l’informatique en commun, optimiser l’efficience des circuits comptables et financiers (reconfiguration des chaînes administratives de dépenses et de recettes)…

La convention comporte 37 axes de progression répertoriés sous forme d’actions à développer. Tous sont formalisés, contractualisés au sein de la convention… gage de pérennité de la collaboration.

D’après un article de Jacques COLOMB, Trésorier Principal

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.