Cinquième branche Autonomie : la FHF demande des décisions courageuses dès 2021

Après la proposition du gouvernement d’instaurer un 5ème pilier de protection sociale dédié à l’autonomie, l'Assemblée nationale en a voté le principe dans la nuit du 15 au 16 juin. La Fédération hospitalière de France (FHF) demande la mise en place de cette mesure dès 2021.

Après la proposition du gouvernement d’instaurer un 5ème pilier de protection sociale dédié à l’autonomie, l’Assemblée nationale en a voté le principe dans la nuit du 15 au 16 juin. La Fédération hospitalière de France (FHF) demande la mise en place de cette mesure dès 2021.
Si la FHF, qui soutient depuis de nombreuses années la création d’une 5ème branche de Sécurité Sociale spécifique à l’autonomie, se félicite de l’initiative prise par le gouvernement, elle souhaite sa mise en oeuvre dès 2021. "Instaurer un 5ème pilier de protection sociale, c’est reconnaitre que les enjeux d’accompagnement des personnes en perte d’autonomie, quel que que soit leur âge, ne sont réductibles ni aux problématiques d’assurance maladie, ni à l’assurance retraite, ni à la Famille, mais intègrent une part de chacun de ces enjeux, dans une logique d’accompagnement tout au long de la vie. Cette initiative est aussi un pas fondamental pour instaurer une société de la longévité. Mais comment, dans ce contexte et alors que les pouvoirs publics ont annoncé des décisions très fortes dans le cadre du « Ségur de la santé », renvoyer toutes améliorations dans le secteur du grand âge et du handicap à un horizon lointain, en 2024 ou au-delà ?", demande-t-elle.
Alors que toutes les enquêtes montrent le consensus absolu des acteurs pour renforcer fortement les moyens humains et l’attractivité des métiers, l’hésitation n’est pour la Fédération "plus permise : une grande loi de programmation, traçant les grandes orientations et décrivant l’accroissement des moyens attribués par les collectivités publiques au champ de l’autonomie est indispensable et urgente".
La FHF appelle donc les pouvoirs publics "à prendre des décisions fortes à la hauteur des l’enjeux, à sortir d’une logique comptable et à considérer enfin que le secteur de l’autonomie est non seulement vital pour l’accompagnement des plus fragiles mais représente aussi un formidable levier de relance de notre pays dans un contexte de très grave crise économique et sociale. La FHF demande très concrètement que l’attribution de quote-part de CSG supplémentaires à la CNSA soit engagée dès 2021 et augmentés progressivement dans les années à venir, pour répondre aux besoins croissants des personnes âgées et en situation de handicap".

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.