Clermont-Ferrand se vaccine contre la grippe

Le 25 octobre, Alain Meunier, directeur général du CHU, André Salagnac, Directeur général adjoint et le Pr Henri Laurichesse, président de la Commission médicale d’établissement, montreront l’exemple en se faisant vacciner dans le hall de l’établissement. Un geste de prévention particulièrement recommandé aux professionnels de santé. Plus exposés, ils doivent se protéger et protéger les autres, à savoir les patients fragiles, insuffisants cardiaques, respiratoires, personnes âgées de plus de 65 ans ainsi que leur entourage familial et professionnel.

Le 25 octobre, Alain Meunier, directeur général du CHU, André Salagnac, Directeur général adjoint et le Pr Henri Laurichesse, président de la Commission médicale d’établissement, montreront l’exemple en se faisant vacciner  dans le hall de l’établissement. Un geste de prévention particulièrement recommandé aux professionnels de santé. Plus exposés, ils doivent se protéger et protéger les autres, à savoir les patients fragiles, insuffisants cardiaques, respiratoires, personnes âgées de plus de 65 ans ainsi que leur entourage familial et professionnel.
La grippe n’est pas une maladie bénigne : au cours des trois derniers hivers, en Auvergne, 55 personnes ont été hospitalisées en Réanimation Soins Intensifs pour une grippe*.
Un nouveau vaccin
Le vaccin contre la grippe qui n’avait pas notablement changé en 2011  a vu sa composition largement modifiée pour l’hiver 2012-2013.  Conformément aux recommandations des experts de l’Organisation mondiale de la santé, deux de ses trois souches ont été changées afin à mieux faire correspondre les souches du vaccin avec les virus grippaux qui ont circulé l’hiver dernier. Ainsi les souches A (H3N2) et B contenues dans le vaccin sont nouvelles et la souche A(H1N1) de la pandémie de l’année 2009 – qui continue à circuler – a été conservée.
Les vaccins grippaux « saisonniers » disponibles en France gardent les caractéristiques des  vaccins des années précédentes : ils sont inactivés (fragmentés ou composés de sous-unités vaccinales), ne comportent pas d’adjuvants et sont aussi bien tolérés. Le vaccin utilisé au CHU ne contient pas d’aluminium.
*données InVS

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.