Carole Dissaux, lauréate de la bourse L’Oréal-UNESCO des jeunes chercheuses

Le Dr Carole Dissaux du service de chirurgie maxillo-faciale et réparatrice du CHRU de Strasbourg et doctorante du laboratoire Icube, remporte ce mercredi 11 octobre à Paris, la bourse l'Oréal-UNESCO. Cette récompense a pour but de valoriser et d’aider de jeunes chercheuses à un moment clé de leur carrière professionnelle. Le Dr Dissaux est primée pour ses travaux récents portant sur la chirurgie reconstructrice de la fente labio-palatine, communément appelée « bec de lièvre ».

Le Dr Carole Dissaux du service de chirurgie maxillo-faciale et réparatrice du CHRU de Strasbourg et doctorante du laboratoire Icube, remporte ce mercredi 11 octobre à Paris, la bourse l’Oréal-UNESCO. Cette récompense a pour but de valoriser et d’aider de jeunes chercheuses à un moment clé de leur carrière professionnelle. Le Dr Dissaux est primée pour ses travaux récents portant sur la chirurgie reconstructrice de la fente labio-palatine, communément appelée « bec de lièvre ».
Après un cursus de chirurgie plastique et maxillo-faciale pour se spécialiser dans le traitement des malformations du visage de l’enfant, Caroline Dissaux réalise aujourd’hui un doctorat afin de suivre une carrière hospitalo-universitaire. Son moteur : l’envie de comprendre et de trouver des solutions. « Ayant toujours voulu devenir chirurgien, ma passion pour la chirurgie des malformations faciales est née au fil de ma formation, auprès de ces enfants dont la force et la détermination sont un exemple ». 
Elle mène aujourd’hui un projet de recherche au sein du laboratoire Icube (CNRS/ Université de Strasbourg/ INSA). L’objectif de la jeune médecin est de mettre au point un modèle biomécanique mathématique permettant de simuler et d’optimiser la reconstitution de l’os alvéolaire, qui entoure et maintient les dents, chez les enfants porteurs de fente labio-palatine. Les résultats de ses travaux permettraient de développer des procédures chirurgicales optimisées, sans perte de chance pour ces enfants.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.