L'équipe de néonatologie du Dr Christian Palix à l'hôpital Nord a mis au point des cocons permettant aux nouveau-nés, notamment prématurés, de retrouver la position regroupée et contenue qu'ils avaient dans le ventre de leur mère. Ces « utérus de suite » sont le fruit de dix ans de travail des équipes de néonatologie et du CAMSP (Centre d'action médico-social précoce).

L’équipe de néonatologie du Dr Christian Palix à l’hôpital Nord a mis au point des cocons permettant aux nouveau-nés, notamment prématurés, de retrouver la position regroupée et contenue qu’ils avaient dans le ventre de leur mère. Ces « utérus de suite » sont le fruit de dix ans de travail des équipes de néonatologie et du CAMSP (Centre d’action médico-social précoce).

Jusqu’ici fabriqués artisanalement par Danielle Salducci, kinésithérapeute, ces « nids » en Bultex évitent l’hyper-extension de la tête et des bras, favorisent l’éveil du nouveau-né, réduisent son stress et lui évitent de futurs problèmes d’articulation et respiratoires. Selon le Dr Marie Fabre-Grenet, pédiatre neurocomportementaliste, le regroupement du bébé, les mains attirées par le visage, permet d’éviter les anomalies orthopédiques tels que l’aplatissement du crâne ou les déformations des membres, favorise l’activité visuelle et la motricité dirigée vers la préhension.

Il est enfin indispensable dans la prévention et le traitement des reflux gastro-oesophagiens fréquents et douloureux à cet âge.
Une trentaine de ces nids en Bultex sont gratuitement mis à la disposition des nouveau-nés de l’hôpital Nord, jusqu’à l’âge de 4 mois. Mais un brevet a été déposé, et plusieurs fabricants sont sur les rangs pour une production commerciale à grande échelle.

ContactDr Christian Palix
christian.palix@ap-hm.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.