Coeur Carmat : décès du 2nd patient

Le CHU de Nantes a le regret de confirmer que le patient, implanté d’une prothèse CARMAT au CHU de Nantes le 5 août 2014, est décédé samedi 2 mai en fin d’après-midi.
Le CHU de Nantes a le regret de confirmer que le patient, implanté d’une prothèse CARMAT au CHU de Nantes le 5 août 2014, est décédé samedi 2 mai 2015 en fin d’après-midi. 
Le CHU de Nantes et l’ensemble des équipes médicales et soignantes ayant pris en charge le patient s’associent à la douleur de sa famille et de ses proches.
Le patient a été hospitalisé à Nantes vendredi 1er mai à la suite d’une insuffisance circulatoire ayant conduit l’équipe médico-chirurgicale à placer le patient  sous assistance cardio-respiratoire en unité de réanimation. En dépit d’une opération réalisée le 2 mai et qui a permis de rétablir la circulation sanguine, le patient est décédé samedi 2 mai en fin d’après-midi.
Il est rappelé que la prise en charge du patient a été réalisée dans le respect du protocole de l’essai clinique. Son suivi médical a fait l’objet tout au long  de sa prise en charge d’un suivi régulier et d’informations précises sur l’état de santé du patient auprès des autorités sanitaires compétentes. Dans le cadre de ce protocole d’essai clinique, les recherches vont se poursuivre afin d’identifier les causes possibles du décès.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.