Cohortes : Nancy 2 fois lauréat !

Le verdict du jury international du projet « Cohortes » est tombé : le CHU et l'université de Nancy seront doublement impliqués dans la recherche en Santé Publique. Parmi 44 dossiers déposés suite à l'appel à projets « Cohortes », seuls 10 ont été retenus au niveau national, dont les 2 projets soutenus par le CHU de Nancy.

Le verdict du jury international du projet « Cohortes » est tombé : le CHU et l’université de Nancy seront doublement impliqués dans la recherche en Santé Publique. Parmi 44 dossiers déposés suite à l’appel à projets « Cohortes », seuls 10 ont été retenus au niveau national, dont les 2 projets soutenus par le CHU de Nancy.

Financées par 200 millions d’euros, les cohortes sont des populations de sujets, sains ou malades, suivies pendant plusieurs années sur une thématique donnée. Le but de ces études à grande échelle ? Etudier les déterminants biologiques, sociaux, comportementaux, économiques et environnementaux de la santé, pour comprendre l’évolution des maladies. Le Pr Francis Guillemin, directeur du Centre d’Investigation Clinique « Epidémiologie clinique » y adhère pleinement.
Le CKD-Rein (Chronic Kidney Disease), premier projet soutenu par le CHU de Nancy, s’intègre à un programme de recherche international dans le domaine de l’insuffisance rénale. Il propose de suivre sur 8 ans une cohorte de 3 600 patients porteurs d’une maladie chronique du rein pour explorer les causes de l’apparition d’une insuffisance rénale. Le second projet, intitulé OFSEP (Observatoire Français de la Sclérose en Plaques), développe une cohorte française de patients porteurs de sclérose en plaques en l’enrichissant de données biologiques, d’imagerie et de données socio-économiques.

Ces projets, portés également par d’autres établissements hospitaliers et d’autres universités en France, sont de véritables outils épidémiologiques visant à améliorer la prise en charge des patients et le développement de nouvelles thérapies dans la recherche sur les maladies rénales et la sclérose en plaques.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.