Colchique : bon pour les maladies cardiaques ?

"Evaluer sur le long terme l'efficacité et la tolérance de la colchicine - médicament anti-inflammatoire extrait de la plante colchique d'automne - dans la prévention des complications cardiovasculaires chez les patients ayant présenté un infarctus du myocarde". Ainsi se résume l'objet de l'étude COLCOT* qui doit être conduite sur une cohorte de 4 400 patients d'ici fin 2018. Le CHU de Montpellier joue un rôle clé en tant que coordonnateur administratif pour l'Europe et coordinnateur médical pour la France de cette recherche conduite sous la houlette Pr François Roubille, cardiologue.
"Evaluer sur le long terme l’efficacité et la tolérance de la colchicine – médicament anti-inflammatoire extrait de la plante colchique d’automne – dans la prévention des complications cardiovasculaires chez les patients ayant présenté un infarctus du myocarde". Ainsi se résume l’objet de l’étude COLCOT* qui doit être conduite sur une cohorte de 4 400 patients d’ici fin 2018. Le CHU de Montpellier joue un rôle clé en tant que coordonnateur administratif pour l’Europe et coordinnateur médical pour la France de cette recherche conduite sous la houlette Pr François Roubille, cardiologue.
Ces travaux devront apporteront une réponse à la question : la colchicine réduit-elle les taux de récidive d’événements cardiovasculaires chez les personnes ayant récemment reçu un diagnostic de crise cardiaque (infarctus du myocarde) ?
Dans l’affirmative, le colchique déjà connu pour ses vertus thérapeutiques en cas de maladies inflammatoires, comme la goutte et la fièvre méditerranéenne familiale étendra ses propriétés curatives aux troubles cardiovasculaires tels que l’infarctus du myocarde ou l’athérosclérose. Et ses fleurs d’automne trouveront une seconde vie dans les officines modernes.
L’étude COLCOT : projet de recherche international
Promue par l’Institut de Cardiologie de Montréal au Canada, COLCO se déroule dans plusieurs hôpitaux et cliniques de 12 pays : Canada, France, Italie, Portugal, Pologne, Royaume-Uni, Allemagne, République Tchèque, Liban, Tunisie, Argentine, Chili. Elle est actuellement proposée dans plus d’une vingtaine de centres français publics ou privés, universitaires ou non aux patients ayant souffert récemment d’un accident cardiaque.
L’étude est actuellement très active. En effet, plus de 300 patients ont été inclus en France depuis l’été 2016 et plus de 1500 dans le monde. Au total, 4400 patients devraient être inclus d’ici 2018.
L’étude COLCOT : côté patient
Les principaux critères d’éligibilité à l’étude COLCOT sont :
• Être âgé d’au moins 18 ans
• Avoir souffert d’un infarctus du myocarde dans les 30 derniers jours
• Ne pas avoir subi de pontage coronarien dans les 3 dernières années
• Ne pas souffrir d’une maladie inflammatoire de l’intestin (maladie de Crohn ou colite ulcéreuse) ou de diarrhée chronique
• Ne pas prendre présentement de la colchicine pour une autre indication
Déroulement général de l’étude COLCOT
Après une période de sélection, les participants seront aléatoirement répartis dans l’un des groupes prenant soit la colchicine, soit le placebo. 4 400 personnes prendront part à cette étude, tous centres confondus. Les participants seront répartis, au hasard, soit dans le groupe recevant de la colchicine soit dans celui recevant un produit identique en apparence mais ne contenant aucun médicament actif (placebo). Ceci permettra d’évaluer s’il est préférable pour les patients de prendre de la colchicine plutôt que de ne rien prendre du tout.
Tout au long de l’étude, les participants devront prendre la médication à l’étude (colchicine ou placebo) sous forme de comprimé une fois par jour. De plus, ils devront se présenter au site de recherche 2 fois par an et passer, en alternance avec leurs visites en personne, un entretien téléphonique 2 fois par an. 
Le budget alloué pour cette étude est de 8 millions de dollars canadiens.
Les résultats sont attendus pour 2018-2019.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.