Communication originale sur le don de sperme

Les garçons ne naissent pas forcément dans les choux et les filles pas forcément dans les fleurs : Voici l'accroche originale pour la campagne de don de sperme organisée par le Centre d'Etude et de Conservation des Oeufs et du Sperme (CECOS)des Hospices Civils de Lyon. Cliquer sur lire la suite pour voir les visuels

Les garçons ne naissent pas forcément dans les choux et les filles pas forcément dans les fleurs : Voici l’accroche originale pour la campagne de don de sperme organisée par le Centre d’Etude et de Conservation des Oeufs et du Sperme (CECOS)des Hospices Civils de Lyon.

Le don de sperme est peu connu du grand public mais reste pour certains couples touchés par l’infertilité masculine, le seul espoir d’avoir un enfant. Aux Hospices Civils de Lyon, le CECOS connaît des difficultés assez « classiques » pour recruter des donneurs, malgré une communication de longue date.

Pudeur, peur du geste, fantasmes associés à ce don, tabous autour de la sexualité. rendent cette démarche difficile et le discours qui l’accompagne subtile, d’autant qu’il s’adresse à une large cible indifférenciée : les hommes de moins de 45 ans et leur conjointe.

A l’occasion de son emménagement dans de nouveaux locaux, l’équipe du CECOS de Lyon et la Direction de la communication des HCL ont conduit, en 2007, un travail de réflexion pour doper la notoriété de ce service hospitalier et contribuer à l’augmentation du nombre de donneurs. La collaboration d’enseignants et d’étudiants du GRESEC (laboratoire d’études de l’Institut de la communication et des Médias de Grenoble) a permis d’étudier le contexte de ce don particulier et de dégager trois axes de communication prioritaires : la notoriété du CECOS, l’information sur le don lui-même et sur l’infertilité. Actuellement, la notoriété du CEGOS et du don sont déclinés dans une campagne de communication globale : flyers, affiches, relations presse, contacts avec la médecine de ville, achat d’espace dans les quotidiens, diapositive dans le métro.

   

Clin d’oeil léger, ce nouveau visuel interpelle le passant. L’impact de cette campagne sera mesuré même si, en la matière, l’évaluation ne peut qu’être modeste tant sont complexes les paramètres qui motivent le don.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.