Communiqué de la direction générale

Des propos d'une extrême gravité ont été tenus le 11 mars 2004 par la représentante d'une organisation syndicale du CHU de Saint-Etienne sur l'antenne d'une radio nationale.Selon cette personne, ce sont "1000 emplois qui vont sauter" alors que 580 emplois ont été créés depuis 2000. Le Centre Hospitalier Universitaire de Saint-Etienne tient à souligner : - que ces propos sont totalement dénués de fondement, - que bien au contraire 580 emplois ont été créés depuis l'année 2000, qui ne sont aucunement remis en cause.

Des propos d’une extrême gravité ont été tenus le 11 mars 2004 par la représentante d’une organisation syndicale du CHU de Saint-Etienne sur l’antenne d’une radio nationale.
Selon cette personne, ce sont « 1000 emplois qui vont sauter » dans le cadre du projet d’établissement actuellement en cours.

Le Centre Hospitalier Universitaire de Saint-Etienne tient à souligner :
– que ces propos sont totalement dénués de fondement,
– que bien au contraire 580 emplois ont été créés depuis l’année 2000, qui ne sont aucunement remis en cause.

On ne peut que s’interroger sur les raisons qui conduisent à avancer de telles contrevérités.

C’est d’autant plus dommageable pour le service public que le CHU de Saint-Etienne se prépare à lancer une nouvelle campagne de recrutement pour la mise en service de nouvelles unités en 2004 : Médecine Physique et Réadaptation pédiatrique, hospitalisation de jour en Pédopsychiatrie et autres.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.