Communiqué de la direction générale

Des propos d'une extrême gravité ont été tenus le 11 mars 2004 par la représentante d'une organisation syndicale du CHU de Saint-Etienne sur l'antenne d'une radio nationale.Selon cette personne, ce sont "1000 emplois qui vont sauter" alors que 580 emplois ont été créés depuis 2000. Le Centre Hospitalier Universitaire de Saint-Etienne tient à souligner : - que ces propos sont totalement dénués de fondement, - que bien au contraire 580 emplois ont été créés depuis l'année 2000, qui ne sont aucunement remis en cause.

Des propos d’une extrême gravité ont été tenus le 11 mars 2004 par la représentante d’une organisation syndicale du CHU de Saint-Etienne sur l’antenne d’une radio nationale.
Selon cette personne, ce sont « 1000 emplois qui vont sauter » dans le cadre du projet d’établissement actuellement en cours.

Le Centre Hospitalier Universitaire de Saint-Etienne tient à souligner :
– que ces propos sont totalement dénués de fondement,
– que bien au contraire 580 emplois ont été créés depuis l’année 2000, qui ne sont aucunement remis en cause.

On ne peut que s’interroger sur les raisons qui conduisent à avancer de telles contrevérités.

C’est d’autant plus dommageable pour le service public que le CHU de Saint-Etienne se prépare à lancer une nouvelle campagne de recrutement pour la mise en service de nouvelles unités en 2004 : Médecine Physique et Réadaptation pédiatrique, hospitalisation de jour en Pédopsychiatrie et autres.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.