Comprendre la fatigue pour la combattre

Près de la moitié des français disent être fatigués. Toutes les classes d'âge sont concernées avec une prédominance chez les femmes, les jeunes et les actifs. Pour mieux comprendre les signaux d'alerte et connaître les différentes prises en charge proposées, le Dr Marie-Noële MAGNIE-MAURO, maître de conférence, Service d'Explorations Fonctionnelles du Système Nerveux, Pôle des Neurosciences Cliniques, CHU de Nice donnera une conférence grand public mardi 15 janvier 2008 à 16 h au Centre universitaire méditerranéen, 65 promenade des Anglais à Nice.

Près de la moitié des français disent être fatigués. Toutes les classes d’âge sont concernées avec une prédominance chez les femmes, les jeunes et les actifs. Pour mieux comprendre les signaux d’alerte et connaître les différentes prises en charge proposées, le Dr Marie-Noële MAGNIE-MAURO, maître de conférence, Service d’Explorations Fonctionnelles du Système Nerveux, Pôle des Neurosciences Cliniques, CHU de Nice donnera une conférence grand public mardi 15 janvier 2008 à 16 h au Centre universitaire méditerranéen, 65 promenade des Anglais à Nice.

Près de la moitié des français disent être fatigués. Toutes les classes d’âge sont concernées avec une prédominance chez les femmes, les jeunes et les actifs. Une asthénie passagère est le plus souvent réactionnelle à une activité trop importante, notamment sportive ou scolaire, à un problème qu’il soit personnel ou professionnel, ou à des pathologies aiguës, en particulier infectieuses.
Au-delà de 6 mois, la fatigue est considérée chronique et les causes à rechercher sont alors différentes (dépression, carences, troubles endocriniens, pathologies infectieuses, troubles du sommeil…).
La fatigue constitue un signe d’alerte à ne pas négliger. En l’absence de cause évidente (surmenage, stress, déprime…), un avis médical permettra de trouver la cause dans 80% des cas. Lorsque aucune pathologie évolutive n’est mise en évidence et que la fatigue est invalidante, on parle de syndrome de fatigue chronique.
Ce dernier est étroitement lié à un autre syndrome : la fibromyalgie.

Le développement des explorations fonctionnelles dans ce domaine et les connaissances actuelles sur les dysfonctionnements impliqués dans la fatigue permettent de proposer une prise en charge globale adaptée à chacun visant à améliorer la qualité de vie.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.