Comprendre la recherche clinique : l’indispensable guide

Tous ceux qui, de près ou de loin, ont approché la recherche-innovation à l'hôpital ont été confrontés au niveau maximal de la complexité organisationnelle ; système qu'avec humour le Pr Joël Ménard qualifie de "délire administratif" dans la préface de l’ouvrage intitulé « Comprendre la recherche clinique et l’innovation à l’hôpital »*. Cette « hypertrophie technocratique » qui, si on ne la simplifie pas, pourrait avoir raison d'une des plus enthousiasmantes missions des CHU...

Tous ceux qui, de près ou de loin, ont approché la recherche-innovation à l’hôpital ont été confrontés au niveau maximal de la complexité organisationnelle ; système qu’avec humour le Pr Joël Ménard qualifie de "délire administratif" dans la préface de l’ouvrage intitulé « Comprendre la recherche clinique et l’innovation à l’hôpital »*. Cette « hypertrophie technocratique » qui, si on ne la simplifie pas, pourrait avoir raison d’une des plus enthousiasmantes missions des CHU ; établissements -il est toujours est utile de le rappeler- à l’origine de 85% des publications scientifiques et de 60% des essais cliniques conduits en France. Or il est impossible de pénétrer le labyrinthe qu’est devenue la recherche clinique à l’hôpital sans accompagnateurs.
En écrivant un manuel fort complet et didactique de 266 pages, Vincent Diebolt, directeur opérationnel de F-CRIN antenne française du réseau européen de recherche clinique ECRIN  et Christophe Misse, directeur du département de la recherche clinique et du développement de l’AP-HP, ont endossé avec succès le rôle d’éclaireurs. Ils apportent la lisibilité qui fait tant défaut à une activité pourtant essentielle au progrès des connaissances médicales.
 
Dans ce premier livre sur la recherche clinique rédigé par des non médecins, les auteurs expliquent de manière précise et parfaitement documentée la montée en puissance de l’innovation médicale dans les établissements de santé depuis la création des hôpitaux universitaires en 1958. Ils commentent les textes qui encadrent cette pratique. 
Rompus aux subtilités des structures supports de la recherche, ils savent présenter et commenter en détail cet arsenal. Leur travail apporte aussi tous les éclairages nécessaires à la compréhension des coûts de l’innovation, des modalités de son financement. Le lecteur appréciera également les illustrations : les grandes découvertes mais aussi les déviances de certaines pratiques.
 
Enfin, l’ouvrage s’intéresse aux défis actuels : la coopération interrégionale, le regroupement nécessaire des instances afin d’améliorer la visibilité et de mutualiser les moyens pour répondre aux très prisés appels d’offres européens (un marché de 70 milliards d’euros pour Horizon 2014/2020), la pertinence des procédures d’évaluation. 
 
Leur conclusion aborde les tendances fortes et les pistes d’amélioration : le suivi des produits de santé tout au long de leur cycle de vie, le développement de l’e-santé et la participation active des patients, l’harmonisation des contrats, le possible transfert de compétences du médecin aux personnels paramédicaux pour pallier la pénurie de praticiens…
Le Pr Joël Ménard plaide quant à lui pour la création d’une nouvelle fonction, celle de "manager scientifique au rôle superposable à celui des entraîneurs sportifs, à la recherche d’une amélioration permanente basée sur la haute technicité, une vision scientifique, administrative et humaine large et le respecte d’idéaux." 
Des recommandations et une initiation qui font de cet ouvrage un précieux vade-mecum pour tous ceux qui veulent se familiariser avec les enjeux de la recherche-innovation à l’hôpital.

  
Données repères extraites de l’ouvrage
Fin 2012, l’ANSM (Agence nationale de sécurité des médicaments et des produits de santé) comptabilisait près de 2 000 essais cliniques – 1 241 portant sur un médicament, 721 sur des produits de santé. Près de la moitié de ces essais sont conduits par l’AP-HP. Considérée comme le 1er promoteur institutionnel européen et l’un des premiers au monde, l’institution gère une file active de 901 essais cliniques incluant près de 20 000 patients. Cette recherche est à l‘origine de 1 000 dépôts de brevets ou familles de brevets par les CHU et CHR. Un chiffre à rapprocher des 16 632 brevets déposés en France en 2012.
600 à 700 nouvelles études portées par des CHU, des CLCC ou des CH sont déclarées chaque année à l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé
De 2009 à 2012, SIGREC (système d’information et de gestion de la recherche et des essais cliniques), a recensé plus de 5 000 études à promotion institutionnelles  – conduites et financées par les CHU
En avril 2013, 1 530 essais cliniques industriels étaient dénombrées.
Dans les CHU, l’activité recherche est assurée par 10 000 personnes spécialisées hors médecins investigateurs, (chefs de projets, techniciens d’essais cliniques et attachés de recherche clinique.)
En 2012 la Food and Drug Association a approuvé 39 médicaments contre 53 en 1996
3 entreprises pharmaceutiques se sont retrouvées au palmarès 2013 des Top 100 Global Innovators (Abbott, Johnson&Jonhson, Roche)
Les dispositifs médicaux regroupent plus de 80 000 références alors que les médicaments n’ont comptent que 3 500.
En France, les dispositifs médicaux sont fabriqués par 5 000 entreprises, des PME pour la plupart.
 
Marie-Georges Fayn
*« Comprendre la recherche clinique et l’innovation à l’hôpital »
Editions Dunod – juin 2013 – 27€

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.