Comptes certifiés sans réserves pour Saint-Etienne avec un excédent consolidé de 7,5 M€

Les comptes stéphanois ont été qualifiés "réguliers et sincères". L’exercice 2016 s'est clos avec un résultat excédentaire de 5,2 M€ sur l'activité principale du CHU et un excédent consolidé de 7,5 M€.
Les comptes stéphanois ont été qualifiés "réguliers et sincères". L’exercice 2016 s’est clos avec un résultat excédentaire de 5,2 M€ sur l’activité principale du CHU et un excédent consolidé de 7,5 M€. 
Fin 2016, le CHU de Saint-Etienne a atteint un taux de marge brute hors aides de 8,11%. La capacité d’auto-financement est porté à 39 M€ redonnant ainsi des capacités pour acquérir des équipements biomédicaux innovants. Si la charge de la dette reste importante, le CHU de St Etienne s’est désendetté de 58 M€ sur la période 2013-2016 et aucun nouvel emprunt n’a été contracté.
Une démarche de fiabilisation des comptes
Dans le même temps, l’établissement poursuit la réalisation de son schéma directeur immobilier « CHU à 2 sites » organisant la répartition de ses activités sur les sites Hôpital Nord et Hôpital Bellevue, avec le soutien financier déterminant de l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes.
Le CHU de St Etienne a engagé la démarche de fiabilisation de ses comptes dès 2013, tant sur les principes et méthodes comptables que sur le contrôle interne.
Le calcul des provisions est également conforme aux textes en vigueur.
Cette certification sans réserve des comptes garantit la fiabilité et la sincérité des informations comptables et financières du CHU de St Etienne, conformément au référentiel national.
Objectif tenu pour un retour à l’équilibre financier
En parallèle, le CHU stéphanois a atteint l’ensemble des objectifs du contrat de retour à l’équilibre financier (CREF) 2013-2016 signé avec l’ARS Rhône-Alpes (désormais Auvergne-Rhône-Alpes).
Au terme de la période du CREF, le CHU a atteint tous les objectifs, parfois même au-delà. Ces excellents résultats sont le fruit de la mobilisation et des efforts de toutes les équipes hospitalières, d’une activité médicale soutenue et d’une maîtrise responsable des dépenses.
L’équilibre financier restauré permet au CHU de conforter ses activités et de poursuivre son développement au service de la population du territoire.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.