Concours SHAM Risk Management 2020: le CH de Guingamp, l’Oncopole de Toulouse, le Réseau de santé en périnatalité d’Auvergne à l’honneur

Dans le cadre de l'édition 2020 de son concours Risk Management, Sham, premier opérateur en responsabilité civile médicale en France, a reçu le nombre record de 143 dossiers de candidature d'établissements sociétaires et non-sociétaires. Soit 23 de plus que l'an dernier. Trois projets novateurs se sont vus attribuer un prix.

Dans le cadre de l’édition 2020 de son concours Risk Management, Sham, premier opérateur en responsabilité civile médicale en France, a reçu le nombre record de 143 dossiers de candidature d’établissements sociétaires et non-sociétaires. Soit 23 de plus que l’an dernier. Trois projets novateurs se sont vus attribuer un prix.

Une dotation de 6000 euros par lauréat et un accompagnement sur mesure

Les lauréats, dévoilés au cours de l’assemblée générale annuelle de Sham, ce 19 juin 2020, recevront chacun une dotation de 6000€ et bénéficieront d’un accompagnement pendant 3 jours pour mettre en place leur projet. Cet accompagnement, sous forme de mécénat de compétences, est assuré par des collaborateurs de Relyens, pleinement engagés dans leur mission d’intérêt général. Les Prix seront remis aux lauréats en mains propres à l’occasion du salon SantExpo, le salon international Santé & Innovation, qui se tiendra à Paris du 7 au 9 octobre prochains.

Prix «Prise en charge patient/résident»

Le Prix «Prise en charge patient/résident» a été attribué au centre hospitalier de Guingamp pour son projet «Famille Traceur» qui valorise le rôle des proches d’un patient dans le cadre des prises en charge. L’établissement souhaite en effet développer une démarche visant à recueillir l’expérience de la famille et des proches des patients hospitalisés. Ce projet, porté par les usagers, et non par les professionnels de santé, repose sur le rôle clé du proche dans l’accompagnement du patient.
La direction du centre hospitalier de Guingamp, ses professionnels et ses représentants des usagers ont partagé la joie de voir ce projet primé. «C’est une reconnaissance du choix de mettre le patient et ses proches au centre de leur réflexion dans le cadre du projet d’établissement grâce à la participation active des représentants des usagers, se félicite Odile Dumand, directrice Qualité, Gestion des Risques et Relations Usagers de l’établissement. Prendre en compte l’expérience de la famille et des proches permet d’avoir un regard complémentaire à celui des patients et des professionnels et d’améliorer la prise en charge dans sa globalité. Ce Prix est une formidable opportunité de développer et donner une nouvelle dimension au projet grâce à la dotation et au mécénat de compétences de Sham qui permettront la mise en œuvre de cette initiative innovante».

Prix «Ressources humaines–Qualité de vie au travail»

Le Prix «Ressources humaines–Qualité de vie au travail» a été décerné à l’Institut Claudius Regaud-Institut universitaire du Cancer Toulouse Oncopole pour son projet «Bien accompagner les professionnels secondes victimes d’un événement indésirable majeur».
Celui-ci permettra la mise en œuvre d’une cellule d’accompagnement destinée aux professionnels qui ont participé à la prise en charge d’un patient ayant subi un dommage, ces derniers étant considérés comme des secondes victimes. Ce sujet novateur, qui prend en compte le vécu du professionnel de terrain, est très peu traité en France contrairement à ce qui est pratiqué chez nos voisins italiens et espagnols.

« Recevoir ce Prix de la part de Sham permet de reconnaître officiellement la problématique de la prise en charge des secondes victimes (les professionnels) en cas d’événement indésirable grave. C’est pour nous un formidable intérêt qui va permettre, nous l’espérons, de déployer des ressources numériques, de la formation, et le partage d’une organisation, au bénéfice de tous les établissements de santé français, s’enthousiasme David Verger, responsable Qualité et Sécurité des soins de l’Institut. La Direction Générale et le groupe de travail pluridisciplinaire en charge du projet sont reconnaissants et d’autant plus motivés à finaliser ces travaux sur ce thème qui contribuent à la culture de sécurité des professionnels».

Prix «Digital et nouveaux risques»

Le Prix «Digital et nouveaux risques» a été attribué au Réseau de Santé en Périnatalité d’Auvergne (RSPA) pour son projet «Opti’soins en secteur de naissance».
Ce projet porte un fort enjeu assurantiel et propose la mise en place de deux outils d’aide à la décision afin de sécuriser la surveillance et la prise en charge de l’accouchement via une optimisation de l’interprétation de différents facteurs. Son objectif: réduire les mauvaises issues néonatales et sécuriser la naissance. Valorisant les équipes et leur fonctionnement, ce projet s’appuie sur l’amélioration et l’optimisation de l’outil informatique utilisé dans la phase d’accouchement.

Cette récompense salue l’important travail réalisé par les professionnels du Réseau de Santé en Périnatalité d’Auvergne sur l’amélioration du repérage du risque d’acidose et de sa prise en charge, au cours de l’accouchement. «Cette amélioration des pratiques professionnelles a débuté depuis plusieurs années et doit se poursuivre par l’élaboration d’outils d’aide à la décision, via le dossier informatisé en périnatalité et des applications pour téléphones mobiles, pour les professionnels du secteur des naissances, souligne Françoise Vendittelli, présidente du RSPA. La mise au point de ces outils se fait en partenariat avec d’autres associations impliquées dans l’amélioration de la qualité de la prise en charge des parturientes et des nouveau-nés comme L’Audipog. Ces outils seront mis à disposition, au niveau national, de tous les professionnels de la périnatalité dès leur finalisation».

Un concours en faveur de la prévention et du management des risques

Organisé depuis 20 ans en France – et depuis 5 ans en Italie et en Espagne – ce concours annuel vise à valoriser et récompenser des projets innovants et originaux, en faveur de la prévention des risques. Depuis 2018, il est ouvert à tous les établissements, structures et services, sociétaires ou non-sociétaires, ayant un projet d’amélioration de gestion et de prévention des risques, n’ayant pas encore été mis en place concrètement dans les établissements. L’engagement actif du personnel impliqué et sa capacité à être facilement mis en œuvre dans d’autres structures, que ce soit en France ou à l’étranger, font partie des principaux critères de sélection des projets soumis.
Depuis sa création en 2001, le concours a permis d’offrir près de 400 000€ de dotations, d’étudier 1413 dossiers de candidatures déposés en France, en Espagne, et en Italie et de récompenser plus de 60 établissements.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Vincent Vuiblet : “L’IA va profondément modifier l’ensemble des fonctions hospitalières.” 

Connaissance des maladies, aide aux diagnostics, dépistage précoce, prise en charge des patients, prédiction de l’efficacité des traitements ou encore suivi des épidémies… dans la santé comme dans d’autres domaines, l’Intelligence artificielle est promise partout. Si les perspectives semblent vertigineuses, difficile de saisir ce que cette évolution technologique, que certains appréhendent comme une “révolution”, implique réellement. A l’occasion de SantExpo, nous avons interrogé Vincent Vuiblet, Professeur de médecine au CHU de Reims et directeur de l’Institut d’Intelligence Artificielle en Santé Champagne Ardenne depuis 2020, sur ce sujet particulièrement d’actualité. L’occasion pour lui de nous éclairer, de balayer aussi un certain nombre d’idées reçues et de fantasmes.

Le CHU de Bordeaux aux petits soins avec ses nouveaux internes

Le 15 mai dernier, deux cent six nouveaux internes ont été accueillis au Grand Théâtre, bâtiment phare de la capitale girondine et propriété du CHU de Bordeaux. Un événement en grandes pompes voulu par Yann Bubien, peu de temps après son arrivée en tant que Directeur général.

A saint-Étienne, cette nouvelle clinique soigne les champions comme les sportifs du dimanche

Ouverte depuis novembre dernier, la Clinique Universitaire du Sport et de l’Arthrose (CUSA) accueille dix-sept praticiens travaillant de concert pour soigner les problématiques qui entourent l’appareil locomoteur. Et si son plateau technique de pointe voit défiler les sportifs de haut niveau comme les amateurs, c’est une autre population, touchée par l’arthrose et autres douleurs articulaires, qui prend massivement rendez-vous. Reportage.

Dossier : l’arthrose

L’arthrose est une maladie articulaire qui touche dix millions d’individus en France. Si 65% d’entre eux ont plus de soixante-cinq ans, il n’en reste pas moins qu’une diversité de causes implique également le développement de la maladie chez les plus jeunes.

Jérôme Pourrat : « L’aumônier est un facteur de paix dans l’hôpital. »

Sensibiliser le personnel soignant et informer les patients sur leur droit au culte à l’hôpital public, et ce quelle que soit leur religion. C’est le quotidien de Jérôme Pourrat, aumônier depuis quatre ans au CHU de Saint-Étienne. Dans le cadre de notre série vidéo Les Chuchoteurs !, l’ex photographe a accepté de revenir sur son parcours et sur ses missions.