Condamnation sans réserve d’une fresque dans la résidence des internes

Emoi au CHU de Clermont-Ferrand ! Dans un communiqué en date du 19 janvier 2015, Alain Meunier, directeur général, le Pr Jean Chazal doyen de la faculté de médecine et le Pr Henri Laurichesse, président de la commission médicale d’établissement condamnent la réalisation d’une fresque à caractère licencieux et pornographique figurant sur un mur à l’intérieur de la résidence des Internes du CHU et sa diffusion sur les réseaux sociaux et dans de nombreux médias.

Emoi au CHU de Clermont-Ferrand ! Dans un communiqué en date du 19 janvier 2015, Alain Meunier, directeur général, le Pr Jean Chazal doyen de la faculté de médecine et le Pr Henri Laurichesse, président de la commission médicale d’établissement condamnent la réalisation d’une fresque à caractère licencieux et pornographique figurant sur un mur à l’intérieur de la résidence des Internes du CHU et sa diffusion sur les réseaux sociaux et dans de nombreux médias.

Les représentants de la communauté hospitalo-universitaire notent qu’« Au-delà d’une prise de position des internes de l’établissement contre le projet de loi de santé, la diffusion de cette « fresque murale » et des légendes qui l’accompagnent, mettent en cause, sans la nommer, la personne de la Ministre de la Santé et relaient une image dégradante des femmes et des médecins en opposition totale à l’éthique et à la déontologie médicale. »

Ils ont convoqué le Président des internes clermontois ce 19 janvier "pour lui enjoindre d’effacer dans la journée cette « peinture murale » et de publier un communiqué condamnant sans réserve sa diffusion".

Il est noté qu’en parallèle, les suites juridiques adéquates, disciplinaires voire judiciaires sont engagées à l’encontre du ou des auteurs présumés responsables de ces agissements » inacceptables et condamnables ».

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.