Confort du patient : des initiatives financées par l’arrondi solidaire – une 1ère

Acquérir des sonomètres pour préserver le repos des patients séjournant en réanimation, remplacer les téléviseurs d’ancienne génération appartenant aux personnes âgées de l’EHPAD par des équipements numériques, améliorer le parcours du public en installant une œuvre d’art à l’entrée de l'Hôpital François Mitterrand… Autant de petites et grandes attentions qui vont changer le quotidien des patients. Pour les financer, Relais H et le CHU Dijon Bourgogne ont adopté une initiative originale : durant le mois de mars 2016
Acquérir des sonomètres pour préserver le repos des patients séjournant en réanimation, remplacer les téléviseurs d’ancienne génération appartenant aux personnes âgées de l’EHPAD par des équipements numériques, améliorer le parcours du public en installant une œuvre d’art à l’entrée de l’Hôpital François Mitterrand… Autant de petites et grandes attentions qui vont changer le quotidien des patients. Pour les financer, Relais H et le CHU Dijon Bourgogne ont adopté une initiative originale : durant le mois de mars 2016 l’arrondi à l’euro supérieur sera proposé à tout client qui effectuera ses achats dans une des trois boutiques de l’enseigne implantées au CHU.
Ce principe permettra aux consommateurs qui le souhaitent de se débarrasser de leurs centimes en faisant un geste au profit des patients du CHU Dijon Bourgogne. 100 % des sommes récoltées financeront des actions pour l’amélioration de la qualité d’accueil et du quotidien des malades au sein de l’hôpital. Si par exemple il achète des gourmandises pour 4,80€, Relais H lui suggèrera l’arrondi à 5,00€ et les 20 centimes en surplus iront directement en faveur des patients du CHU. Les centimes récoltés aideront au financement de projets innovants contribuant au bien-être des malades. Le but est d’aider le CHU à offrir aux patients un environnement toujours plus confortable et agréable.
C’est la première fois qu’un arrondi solidaire est mis en place à l’hôpital mais l’opération pourra être renouvelée dans l’année si le résultat s’avère positif. Celle-ci s’inscrit dans la continuité de la plateforme de dons en ligne lancée l’été dernier par le CHU. L’opération sera ainsi complétée par la mise à disposition de flyers valorisant la plateforme 
“Je participe, je fais un don !” 
A partir de l’URL https://don.chu-dijon.fr , il est possible de faire des dons plus importants ouvrant droit à l’envoi d’un reçu fiscal émis par le CHU Dijon Bourgogne. L’établissement assure la transparence financière et garantit la bonne utilisation des dons. Ce dispositif s’appuie sur les valeurs du crowdfunding à savoir un engagement collaboratif en faveur d’initiatives généreuses, la mobilisation sociétale en faveur de projets concrets, la construction d’une communauté autour des liens du partage…

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.