Congrès conjoint endocrinologie -diabète : 3 000 personnes attendues

Le Professeur Bernard Vialettes, chef du service de nutrition de la Timone, et le Professeur Bernard Conte-Devolx, chef du service d'endocrinologie de la Timone, organisent à Marseille, du 20 au 23 mars 2007, le congrès de l'Association de Langue Française du Diabète et des Maladies métaboliques (ALFEDIAM) et la Société Française d'Endocrinologie (SFE), exceptionnellement réunies. Cette manifestation va réunir pendant 3 jours environ 3000 personnes; médecins, chercheurs, infirmières, diététiciennes, industriels...

Le Professeur Bernard Vialettes, chef du service de nutrition de la Timone, et le Professeur Bernard Conte-Devolx, chef du service d’endocrinologie de la Timone, organisent à Marseille, du 20 au 23 mars 2007, le congrès de l’Association de Langue Française du Diabète et des Maladies métaboliques (ALFEDIAM) et la Société Française d’Endocrinologie (SFE), exceptionnellement réunies.
Cette manifestation va réunir pendant 3 jours environ 3000 personnes; médecins, chercheurs, infirmières, diététiciennes, industriels…

Deux sociétés savantes nationales ont pour but l’étude et la prise en charge des maladies endocriniennes, du diabète et des maladies métaboliques : la Société Française d’Endocrinologie (SFE) regroupe l’ensemble de la discipline, et l’Association de Langue Française pour l’Etude du Diabète et des Maladies Métaboliques (ALFEDIAM) est plus particulièrement vouée au diabète et maladies métaboliques.

A titre exceptionnel, la SFE et l’ALFEDIAM ont décidé pour 2007 de faire un congrès conjoint à la place de leurs congrès respectifs annuels. La raison de ce congrès conjoint est la très grande proximité intellectuelle de ces disciplines qui partagent de nombreux domaines d’intérêts. Marseille a été choisie d’abord par la volonté des acteurs médicaux et scientifiques du CHU, et par la possibilité qu’offre la ville d’accueillir un nombre de participants compris entre 3000 et 3500.

Certaines maladies de la discipline sont particulièrement fréquentes dans la population (française et mondiale) et ont donc un fort impact en santé publique (diabète, dyslipidémies, maladies thyroïdiennes). Mais d’autres maladies plus rares font partie du domaine de compétence de l’endocrinologie : tumeurs endocrines, gynécologie endocrinienne, maladies génétiques…

Ce congrès conjoint permettra les confrontations scientifiques et médicales dans tous les domaines de la discipline, les échanges nécessaires entre l’industrie pharmaceutique et les professions de santé, la formation médicale et paramédicale, les contacts entre les professionnels de santé et les associations de malades qui seront représentées à ce congrès.

Ce congrès purement scientifique sera complété par une journée dédiée à la formation des professions paramédicales de la discipline, une demi journée consacrée aux associations de malades.

Le programme du congrès est disponible sur le site Internet du congrès :
www.alfediam-sfe2007.com

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.