Congrès de la Fondation Franco-Indienne de Cardiologie

Le 4éme Congrès de la Fondation Franco-Indienne de Cardiologie se tiendra à Rouen les 8 et 9 Novembre 2001, dans le Service de Cardiologie du CHU. Cette manifestation internationale est organisée sous l'égide de la Fondation Franco-Indienne de Cardiologie.

Cette Fondation a été créée il y a cinq ans dans le but de renforcer les relations particulièrement fortes et à vrai dire exemplaires établies de longue date entre les communautés cardiologiques de France et du sous-continent Indien.

Elle a pour ambition d’améliorer encore davantage les échanges entre nos pays dans les domaines des soins, de l’enseignement et de la recherche. C’est ainsi qu’au cours des 10 dernières années, près de 300 cardiologues de l’Inde, du Pakistan, du Bangladesh et du Sri Lanka sont venus à Rouen pour se former dans le cadre de séminaires annuels ou de stages pratiques de quelques semaines à quelques mois dans le service de cardiologie du CHU. Le but était pour ces médecins d’acquérir les techniques modernes non chirurgicales de traitement des maladies cardiaques coronariennes ou valvulaires.

Parallèlement, de multiples déplacements des membres de l’équipe de Rouen dans ces différents pays ont contribué à développer sur place l’expérience de ces équipes.

Des techniques innovantes, efficaces et peu onéreuses ont été mises au point à Rouen et ont été largement adoptées, notamment dans ces pays ou l’impact économique reste indissociable des moyens thérapeutiques. Les résultats ont fait l’objet de registres scientifiques largement publiés dans la littérature internationale. D’autres équipes françaises parmi les plus prestigieuses nous ont maintenant rejoint dans le cadre de cette Fondation et contribuent magnifiquement à renforcer la qualité de ces échanges.

La Fondation organise donc pour la seconde fois à Rouen son congrès annuel, le quatrième depuis sa création. En dehors de nombreux médecins français, cette manifestation rassemblera 90 cardiologues de l’Inde et des pays limitrophes. Elle se déroulera à l’amphithéâtre Lecat de l’Hôpital Charles Nicolle.

Elle comprendra la réalisation en direct de nombreux cas d’angioplastie coronaire axés sur la démonstration des techniques les plus récentes, et de plusieurs tables rondes et conférences sur les sujets d’actualité. Cette année, les interventions cardiaques seront réalisées alternativement depuis le Service de Cardiologie du CHU (Pr Alain Cribier, Dr Hélène Eltchaninoff, Dr Christophe Tron) et depuis la Clinique Saint Hilaire (Dr Jacques Berland, Dr René Koning), deux équipes fortement impliquées dans les démarches de la Fondation.

Seront présentes les figures les plus éminentes de la cardiologie Indienne, avec notamment le Dr Samuel Mathew, président de la Société Pan-Asiatique de Cardiologie Interventionnelle et co-président de la Fondation avec le Pr Alain Cribier, les Drs Ashok Seth, Chef de Service du Centre Escort de New-Delhi, et A.B. Mehta, de l’hôpital Jaslok de Bombay, trois cardiologues de réputation internationale et véritables pères fondateurs de la cardiologie interventionnelle en Inde. Parmi les médecins français, nous aurons le plaisir d’accueillir le Dr Marie-Claude Morice de l’institut Jacques Cartier de Massy, dont l’impact dans le domaine du développement des endoprothèses coronaires est mondialement reconnu, et bien d’autres médecins considérés comme chefs de file de la spécialité en France et à l’étranger, et tous membres actifs de la Fondation.

Cette réunion, orientée sur le désir d’améliorer la qualité des soins aux malades sous toutes les latitudes, permettra d’échanger les connaissances et les expériences dans le domaine très rapidement évolutif de cette spécialité.

En ces temps d’instabilité et d’insécurité, les cardiologues rouennais se réjouissent et considèrent comme un privilège de recevoir ces nombreux médecins étrangers qui ont accepté avec enthousiasme ce long déplacement pour solidifier la coopération et l’amitié entre nos communautés médicales.

Professeur Alain Cribier

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.