Conseil de surveillance installé : André Rossinot, maire de Nancy, élu président

La loi HPST est désormais effective au CHU de Nancy puisque la 1re réunion du conseil de surveillance a eu lieu ce 21 juin 2010. Les 15 membres le composant ont participé à l'élection de son président en la personne du maire de Nancy, André Rossinot. Lui-même a désigné comme vice-président, Jean-Pierre Finance, également président de l'Université Henri Poincaré de Nancy et président du pôle de recherche et d'enseignement supérieur (Pres) à l'Université de Lorraine.

La loi HPST est désormais effective au CHU de Nancy puisque la 1re réunion du conseil de surveillance a eu lieu ce 21 juin 2010. Les 15 membres le composant ont participé à l’élection de son président en la personne du maire de Nancy, André Rossinot. Lui-même a désigné comme vice-président, Jean-Pierre Finance, également président de l’Université Henri Poincaré de Nancy et président du pôle de recherche et d’enseignement supérieur (Pres) à l’Université de Lorraine.

L’occasion pour Philippe Vigouroux, directeur général et président du directoire du CHU, de faire connaître la composition de cette autre nouvelle instance et en particulier ses trois vice-présidents : le professeur Jean-Luc Schmutz, 1er vice-président et, par ailleurs, président de la Commission Médicale d’Etablissement, le professeur Henry Coudane, par ailleurs doyen de la Faculté de Médecine de Nancy et enfin, le professeur Pierre-Yves Marie, vice-président en charge de la Recherche et président de la délégation à la recherche clinique et à l’innovation. «Cette nouvelle gouvernance marque une clarification des étages décisionnels du secteur hospitalier » pour le président du conseil de surveillance qui s’est félicité « du respect des délais de rapidité entre le vote de la loi HPST et son application.»

En écho, le vice-président a souligné que «cette évolution forte va rassembler au plus près le CHU et l’ensemble du dispositif universitaire lorrain posant ainsi les jalons d’un vrai «Campus Santé à l’échelle européenne». Pour le président du directoire «c’est une stimulation pour la poursuite des nombreux chantiers engagés au CHU de Nancy depuis la mi-2008 à travers une gouvernance plus resserrée et donc plus réactive.» Actuellement le CHU de Nancy est engagé dans un programme de regroupement de ses sites qui devrait aboutir d’ici l’automne, une réorganisation du service des urgences, le développement des soins en ambulatoire ainsi que l’amélioration des relations avec les médecins de ville. L’installation de ces nouvelles instances a servi de cadre pour la présentation du nouveau logo du CHU de Nancy. Directement inspiré du logo retenu par les votes des personnels suite au lancement d’un concours interne, il sera décliné progressivement sur tous les supports de l’établissement d’ici à la fin de l’année.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.