Consultation de pathologies salivaires : un traitement mini-invasif des calculs

Méconnues, les pathologies des glandes salivaires peuvent survenir à tout âge. Relativement fréquentes, les lithiases (calculs) peuvent désormais être traitées à l'aide d'endoscopes miniatures (appelés sialendoscopes) tout en préservant l’organe.

Méconnues, les pathologies des glandes salivaires peuvent survenir à tout âge. Relativement fréquentes, les lithiases (calculs) peuvent désormais être traitées à l’aide d’endoscopes miniatures (appelés sialendoscopes) tout en préservant l’organe.
Grâce à cette technique, le calcul est étudié directement dans le canal de la glande salivaire et peut être retiré par les voies naturelles. Depuis trois ans, la présence d’endoscopes  au CHU permet au service de chirurgie maxillo-faciale et stomatologie de proposer un traitement alternatif à la chirurgie en cas de calculs des glandes salivaires. Cette pathologie méconnue mais relativement fréquente puisqu’elle concerne 1,2 % de la population.
"Elle atteint le plus souvent la glande sous-maxillaire et peut survenir à tout âge, avec une prédominance autour de 30 ans, explique le docteur Raphaël Bonnet. Les principaux symptômes, qui surviennent lors de l’alimentation, sont une douleur et un gonflement de ces glandes qui, comme leur nom l’indiquent, secrétent la salive, bloquée en cas de lithiase. Grâce au sialendoscope (endoscope miniaturisé), on peut explorer les canaux pour vérifier s’il y a rétrécissement ou au contraire dilatation. Nous utilisons en plus le cone beam* pour des examens complémentaires : avec des images 3D, nous obtenons une cartographie de la glande salivaire. Ces données nous permettent d’intervenir plus tôt en éliminant les calculs par lithotritie laser, sans attendre que la gêne nécessite l’ablation de la glande, qui est le traitement conventionnel généralement pratiqué, avec un risque de complications plus élevé : maintenant, au CHU de Nantes, l’exérèse n’est nécessaire que dans 5% des cas, alors qu’elle est encore pratiquée ailleurs pour traiter les deux tiers des patients."
Adressés par leur médecin traitant, ou par un dentiste, stomatologue ou oto-rhino-laryngologiste, les patients souffrant de calculs des glandes salivaires intègrent une consultation spécialisée. L’intervention, qui est effectuée en ambulatoire, sous anesthésie générale, dure moins d’une heure et ne laisse pas de cicatrice.

En pratique
La consultation « glandes salivaires » a lieu le mardi matin. Elle prend en charge tout type de problème, des conséquences de l’anorexie et du bavage aux pathologies inflammatoires et tumorales.
*le cone bean envoie un faisceau d’irradiation de forme conique. Le panoramique dentaire ainsi obtenu offre une résolution similaire, voire supérieure à celle du scanner, avec en plus la possibilité d’une reconstitution numérique en 3D

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Panneau photovoltaïque

Le CHU durable, ou la nécessité de se tourner vert l’avenir

Installation de panneaux photovoltaïques, réduction des déchets, plan d’actions quinquennal etc. Comme d’autres établissements en France, et dans une période de nécessaire appropriation de solutions durables, le CHU de Clermont-Ferrand a pris le train en marche de l’éco-responsabilité. Si beaucoup reste à faire, quelques initiatives sont déjà à mettre à son crédit.

Chirurgie de l’obésité : une nouvelle expérimentation pour accompagner les patients aux HCL

Le Centre Intégré de l’Obésité des Hospices Civils de Lyon et la clinique Les Lilas Bleus participent, aux côtés des CHU de Toulouse et de Lille, à la mise en œuvre de l’expérimentation Article 51 national « Baria-Up », pour une durée de cinq ans. Ce premier parcours d’accompagnement de longue durée pour la chirurgie de l’obésité a accueilli en février ses deux premiers patients.