Consultation de pathologies salivaires : un traitement mini-invasif des calculs

Méconnues, les pathologies des glandes salivaires peuvent survenir à tout âge. Relativement fréquentes, les lithiases (calculs) peuvent désormais être traitées à l'aide d'endoscopes miniatures (appelés sialendoscopes) tout en préservant l’organe.

Méconnues, les pathologies des glandes salivaires peuvent survenir à tout âge. Relativement fréquentes, les lithiases (calculs) peuvent désormais être traitées à l’aide d’endoscopes miniatures (appelés sialendoscopes) tout en préservant l’organe.
Grâce à cette technique, le calcul est étudié directement dans le canal de la glande salivaire et peut être retiré par les voies naturelles. Depuis trois ans, la présence d’endoscopes  au CHU permet au service de chirurgie maxillo-faciale et stomatologie de proposer un traitement alternatif à la chirurgie en cas de calculs des glandes salivaires. Cette pathologie méconnue mais relativement fréquente puisqu’elle concerne 1,2 % de la population.
"Elle atteint le plus souvent la glande sous-maxillaire et peut survenir à tout âge, avec une prédominance autour de 30 ans, explique le docteur Raphaël Bonnet. Les principaux symptômes, qui surviennent lors de l’alimentation, sont une douleur et un gonflement de ces glandes qui, comme leur nom l’indiquent, secrétent la salive, bloquée en cas de lithiase. Grâce au sialendoscope (endoscope miniaturisé), on peut explorer les canaux pour vérifier s’il y a rétrécissement ou au contraire dilatation. Nous utilisons en plus le cone beam* pour des examens complémentaires : avec des images 3D, nous obtenons une cartographie de la glande salivaire. Ces données nous permettent d’intervenir plus tôt en éliminant les calculs par lithotritie laser, sans attendre que la gêne nécessite l’ablation de la glande, qui est le traitement conventionnel généralement pratiqué, avec un risque de complications plus élevé : maintenant, au CHU de Nantes, l’exérèse n’est nécessaire que dans 5% des cas, alors qu’elle est encore pratiquée ailleurs pour traiter les deux tiers des patients."
Adressés par leur médecin traitant, ou par un dentiste, stomatologue ou oto-rhino-laryngologiste, les patients souffrant de calculs des glandes salivaires intègrent une consultation spécialisée. L’intervention, qui est effectuée en ambulatoire, sous anesthésie générale, dure moins d’une heure et ne laisse pas de cicatrice.

En pratique
La consultation « glandes salivaires » a lieu le mardi matin. Elle prend en charge tout type de problème, des conséquences de l’anorexie et du bavage aux pathologies inflammatoires et tumorales.
*le cone bean envoie un faisceau d’irradiation de forme conique. Le panoramique dentaire ainsi obtenu offre une résolution similaire, voire supérieure à celle du scanner, avec en plus la possibilité d’une reconstitution numérique en 3D

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Greffe du foie : une machine pour réanimer les greffons fragiles

Depuis le mois de juillet, ont été réalisées au sein du CHU de Toulouse cinq greffes de foies impliquant des greffons reperfusés et oxygénés. Une avancée importante, rendue possible par l’arrivée d’une machine à perfusion. Si elle est pratiquée dans plusieurs hôpitaux français, cette technique laisse entrevoir, à l’heure où sévit une pénurie d’organes, des progrès majeurs dans le champ de la greffe.

Télémédecine : à la rescousse des marins du monde entier

Elle a beau se trouver à une heure et demie de la Méditerranée, Toulouse est scrutée par les marins du monde entier. La ville rose, plus précisément le centre d’urgence médicale de l’hôpital Purpan, abrite le Centre de consultation médicale maritime français. Chaque jour, ce SAMU des océans vient en aide aux professionnels de la mer aux quatre coins du globe. Immersion dans ce lieu largement méconnu du grand public.

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.