Consultation d’anesthésie en ligne depuis son domicile ou son bureau, une 1ère à Nancy

Depuis le 12 juin 2018, les patients du CHU de Nancy peuvent bénéficier d’une consultation pré-anesthésique depuis leur domicile ou leur lieu de travail. Ils n’ont plus à poser de congés pour un rendez-vous qui ne dure habituellement qu’une quinzaine de minutes, ni à se déplacer au CHU ni à attendre leur tour. Du temps gagné et auquel s’ajoute une réduction des coûts liés au déplacement en véhicule et au stationnement, un avantage apprécié tout particulièrement par les personnes qui viennent de loin.

Depuis le 12 juin 2018, les patients du CHU de Nancy peuvent bénéficier d’une consultation pré-anesthésique depuis leur domicile ou leur lieu de travail. Ils n’ont plus à poser de congés pour un rendez-vous qui ne dure habituellement qu’une quinzaine de minutes, ni à se déplacer au CHU ni à attendre leur tour. Du temps gagné et auquel s’ajoute une réduction des coûts liés au déplacement en véhicule et au stationnement, un avantage apprécié tout particulièrement par les personnes qui viennent de loin.
Concrètement, la téléconsultation d’anesthésie se déroule de la même façon qu’une consultation d’anesthésie traditionnelle, avec les mêmes objectifs. Médecin et patient se voient et dialoguent par visioconférence. Le patient peut transmettre des comptes rendus, en les montrant au médecin, qui en retour peut transmettre des documents au patient, tels que des prescriptions numérisées.

De son côté le médecin anesthésiste-réanimateur dispose d’une technologie qui lui permet de mesurer les angles, les distances thryro- mentonnière ou encore l’ouverture buccale à partir d’une photo du visage du patient. Il peut ainsi anticiper d’éventuelles difficultés d’intubation pour l’anesthésie à venir.
L’initiative est en phase exploratoire. Sont concernés les patients qui vont subir une intervention en chirurgie ambulatoire. A ce jour, 38 futurs opérés ont déjà eu un rendez-vous en téléconsultation d’anesthésie. Tous sont volontaires et font partie d’un protocole de recherche TELECAM (TeleConsultation At Home) qui vise à évaluer la qualité des téléconsultations pré-anesthésiques en visioconférence, comparativement aux consultations traditionnelles. Le protocole de recherche tend également à évaluer la satisfaction des médecins et des patients ayant réalisé une téléconsultation pré-anesthésique en visioconférence. Actuellement,15 téléconsultations sont assurées en moyenne chaque mois. A l’issue de cette étude scientifique, la poursuite des téléconsultations pourra être envisagée.
La durée du protocole est estimée à 48 mois, jusqu’à l’obtention de l’objectif fixé à 240 patients en chirurgie ambulatoire. Pour comparer les performances des deux approches, deux groupes de patients seront constitués par tirage au sort : l’un bénéficiant d’une téléconsultation, et l’autre d’une consultation traditionnelle. L’investigateur principal est le Pr Hervé Bouaziz, chef de service en Anesthésie-Réanimation.

Les partenaires de TELECAM 

Le dispositif TELECAM a été développé avec le soutien de la Direction du CHRU de NANCY et l’implication d’une équipe multidisciplinaire comprenant : les chirurgiens de la main (équipe du Pr Dautel) et orthopédiques (équipe du Pr Sirveaux) du CCEG, les médecins anesthésistes-réanimateurs et secrétaires d’anesthésie du CCEG, Dr Poussel (Médecine du Sport, référent Télémédecine), Mme Roldo (Directrice adjointe du département stratégie et opérations, référente Télémédecine), Pr Thilly (PARC, CHRU de NANCY), M. Vezain (Télésanté Lorraine/Pulsy) et Anaïs Roche (Interne en Anesthésie-Réanimation).
Pour réaliser cette recherche scientifique, Télésanté Lorraine fournit son service de télémédecine Odys, déjà utilisé depuis plusieurs années dans diverses spécialités médicales : télé- AVC, téléconsultations en EHPAD, en milieu carcéral ou encore dans le cadre de l’insuffisance rénale.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.