Consultation d’anesthésie en ligne depuis son domicile ou son bureau, une 1ère à Nancy

Depuis le 12 juin 2018, les patients du CHU de Nancy peuvent bénéficier d’une consultation pré-anesthésique depuis leur domicile ou leur lieu de travail. Ils n’ont plus à poser de congés pour un rendez-vous qui ne dure habituellement qu’une quinzaine de minutes, ni à se déplacer au CHU ni à attendre leur tour. Du temps gagné et auquel s’ajoute une réduction des coûts liés au déplacement en véhicule et au stationnement, un avantage apprécié tout particulièrement par les personnes qui viennent de loin.

Depuis le 12 juin 2018, les patients du CHU de Nancy peuvent bénéficier d’une consultation pré-anesthésique depuis leur domicile ou leur lieu de travail. Ils n’ont plus à poser de congés pour un rendez-vous qui ne dure habituellement qu’une quinzaine de minutes, ni à se déplacer au CHU ni à attendre leur tour. Du temps gagné et auquel s’ajoute une réduction des coûts liés au déplacement en véhicule et au stationnement, un avantage apprécié tout particulièrement par les personnes qui viennent de loin.
Concrètement, la téléconsultation d’anesthésie se déroule de la même façon qu’une consultation d’anesthésie traditionnelle, avec les mêmes objectifs. Médecin et patient se voient et dialoguent par visioconférence. Le patient peut transmettre des comptes rendus, en les montrant au médecin, qui en retour peut transmettre des documents au patient, tels que des prescriptions numérisées.

De son côté le médecin anesthésiste-réanimateur dispose d’une technologie qui lui permet de mesurer les angles, les distances thryro- mentonnière ou encore l’ouverture buccale à partir d’une photo du visage du patient. Il peut ainsi anticiper d’éventuelles difficultés d’intubation pour l’anesthésie à venir.
L’initiative est en phase exploratoire. Sont concernés les patients qui vont subir une intervention en chirurgie ambulatoire. A ce jour, 38 futurs opérés ont déjà eu un rendez-vous en téléconsultation d’anesthésie. Tous sont volontaires et font partie d’un protocole de recherche TELECAM (TeleConsultation At Home) qui vise à évaluer la qualité des téléconsultations pré-anesthésiques en visioconférence, comparativement aux consultations traditionnelles. Le protocole de recherche tend également à évaluer la satisfaction des médecins et des patients ayant réalisé une téléconsultation pré-anesthésique en visioconférence. Actuellement,15 téléconsultations sont assurées en moyenne chaque mois. A l’issue de cette étude scientifique, la poursuite des téléconsultations pourra être envisagée.
La durée du protocole est estimée à 48 mois, jusqu’à l’obtention de l’objectif fixé à 240 patients en chirurgie ambulatoire. Pour comparer les performances des deux approches, deux groupes de patients seront constitués par tirage au sort : l’un bénéficiant d’une téléconsultation, et l’autre d’une consultation traditionnelle. L’investigateur principal est le Pr Hervé Bouaziz, chef de service en Anesthésie-Réanimation.

Les partenaires de TELECAM 

Le dispositif TELECAM a été développé avec le soutien de la Direction du CHRU de NANCY et l’implication d’une équipe multidisciplinaire comprenant : les chirurgiens de la main (équipe du Pr Dautel) et orthopédiques (équipe du Pr Sirveaux) du CCEG, les médecins anesthésistes-réanimateurs et secrétaires d’anesthésie du CCEG, Dr Poussel (Médecine du Sport, référent Télémédecine), Mme Roldo (Directrice adjointe du département stratégie et opérations, référente Télémédecine), Pr Thilly (PARC, CHRU de NANCY), M. Vezain (Télésanté Lorraine/Pulsy) et Anaïs Roche (Interne en Anesthésie-Réanimation).
Pour réaliser cette recherche scientifique, Télésanté Lorraine fournit son service de télémédecine Odys, déjà utilisé depuis plusieurs années dans diverses spécialités médicales : télé- AVC, téléconsultations en EHPAD, en milieu carcéral ou encore dans le cadre de l’insuffisance rénale.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.