Contraception et IST : un jeu pour en parler librement

Un jeu de société pour informer sur la contraception et les infections sexuellement transmissibles a été imaginé par le Dr Catherine Pintas, membre de l’association Gynécologie sans frontières et médecin de l’unité de gynécologie médico-psycho-sociale (Ugomps) du CHU de Nantes.

Un jeu de société pour informer sur la contraception et les infections sexuellement transmissibles a été imaginé par le Dr Catherine Pintas, membre de l’association Gynécologie sans frontières et médecin de l’unité de gynécologie médico-psycho-sociale (Ugomps) du CHU de Nantes.
Quelle est la taille d’un stérilet ? Comment bien prendre sa pilule ? Quelles sont les infections sexuellement transmissibles ?… Contraception et IST sont des sujets sensibles sur lesquels circulent beaucoup d’idées fausses et de questions. Pour les aborder sans tabou, le Dr Catherine Pintas, de l’unité de gynécologie médico-psycho-sociale (Ugomps), en a fait un jeu dont elle a élaboré le prototype, développé par la société Nyl communication, de Couëron. Cinquante exemplaires de « Contraception et IST » ont ainsi été publiés grâce à un financement de la caisse primaire d’assurance maladie et diffusés par l’association Gynécologie sans frontières dont le Dr Pintas est membre. On termine rarement les parties, précise le Dr Pintas. Le but n’est pas de gagner, mais de s’informer. Et, en effet, pour avoir animé déjà des séances dans les quartiers Nord, je sais que la discussion s’engage, que des questions sont posées. On discute autant que l’on joue ». La boîte contient aussi des modèles factices de plaquettes de pilules, préservatifs, anneau vaginal, stérilets… « Cela permet de voir concrètement à quoi cela ressemble. Par exemple, beaucoup de gens pensent qu’un stérilet mesure cinq fois sa taille réelle ».
Le plateau se présente comme celui d’un jeu de l’oie. Selon la couleur de la case sur laquelle on atterrit, on doit répondre à une question sur les IST ou la contraception. «
Il n’est pas question de commercialiser le jeu, qui doit toujours être utilisé en présence de professionnels aptes à répondre aux questions et développer les réponses figurant sur les cartes. Dans une prochaine édition, les thèmes de ce jeu seront élargis à la question des relations affectives et sexuelles entre garçon et fille.
Le jeu est devenu un support pour les infirmières scolaires dans le cadre de l’intauration du « Pass prévention-contraception » dans la région des Pays de la Loire.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.