Contre l’Hôpital Bashing : l’ADH aux côtés des hospitaliers

Une recherche de sensationnel, une vision simpliste d'un monde complexe - le traitement de l'hôpital dans les médias suscite l'exaspération de l’Association nationale des Directrices et des Directeurs d’Hôpital (ADH)*. L'instance "condamne très fermement les outrances, les approximations, les généralisations malveillantes et les diffamations" de plusieurs reportages et articles récents."

Une recherche de sensationnel, une vision simpliste d’un monde complexe – le traitement de l’hôpital dans les médias suscite l’exaspération de  l’Association nationale des Directrices et des Directeurs d’Hôpital (ADH)*.
L’instance "condamne très fermement les outrances, les approximations, les généralisations malveillantes et les diffamations" de plusieurs reportages et articles récents." Dans un communiqué diffusé le 28 novembre 2017, l’ADH souligne combien ces assertions sont blessantes pour des professionnels "engagés, qui portent haut les valeurs de solidarité sur lesquelles est construit notre système démocratique et social". Elle n’accepte pas "l’image désespérante et injuste que ces publications, pour « faire sensation », donnent de l’hôpital et des hospitaliers".

Extraits du communiqué diffusé le 28 novembre 2017

"Un grand hôpital rassemble près de 200 métiers. Ces structures comptent parmi les plus complexes, au sein du monde économique et social. On y accueille la maladie et la souffrance, l’espoir et la détresse, la joie et la peine, tous les jours, toutes les nuits, toute l’année, sans sélection. On y assume des risques techniques, médicaux, biologiques, humains, considérables. On y développe la plupart des innovations médicales et soignantes, qui permettent les grandes innovations thérapeutiques ouvertes ensuite à tous les patients. Nous pensons que c’est une chance extraordinaire, et que l’énergie et les moyens consacrés à la santé, à l’enseignement médical et paramédical, à la recherche, font honneur à la France."
 "Ceux qui animent et dirigent ces hôpitaux, directeurs, médecins, cadres, soignants, sont animés par des valeurs humanistes, car il est impossible d’exercer vraiment ces métiers sans conviction. La plupart ont donc fait le choix de travailler à l’hôpital public. Parmi eux, les directrices et directeurs représentés par l’ADH cultivent une conception moderne et respectueuse du management, fondé sur une coopération étroite entre directeurs, responsables médicaux et soignants, sur le goût du dialogue mais aussi le sens des responsabilités. Cette démarche est la seule qui vaille : on construit sur la confiance, pas sur la division. Cette démarche est aussi la plus exigeante : il est toujours plus facile de cultiver les querelles que de rechercher l’accord".
"Nul ne peut nier que l’hôpital, lieu d’accueil de tous les espoirs et de toutes les souffrances humaines, mais également lieu d’exigence constante et de pression médico-économique croissante, constitue un environnement sous tension. Les enjeux y sont forts. C’est une des structures les plus difficiles à piloter et à manager. Les dirigeants hospitaliers le savent. Ils l’assument. Ce ne sont ni des « administratifs obtus », ni des « directeurs omnipotents » ni des partisans d’un camp, qui auraient des « protégés » à placer. Ils font corps avec la communauté qu’ils animent. Depuis des décennies, ils font constamment évoluer leurs compétences et adoptent des techniques fréquemment rénovées de gouvernance partagée, en partenariat avec leurs interlocuteurs internes et externes".

*L’ADH, Association nationale des Directrices et des Directeurs d’Hôpital, représente la majorité des femmes et des hommes qui ont fait le choix d’exercer ces métiers de dirigeant hospitalier, difficiles mais passionnants. L’Assocation compte 1 200 adhérents et rassemble la moitié des directeurs d’hôpital
http://www.adh-asso.org/

Dernier article sur l’ADH publié sur RESEAU CHU
Partager un projet commun 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.