Contre l’hypertension artérielle résistante : la dénervation rénale

Depuis septembre 2012, le service Cardiologie de l’hôpital de la Croix-Rousse propose aux patients dont la tension artérielle ne baisse pas malgré les traitements une intervention, sans ouverture chirurgicale : la dénervation rénale. Une technique qui consiste à détruire, en les chauffant, les fibres nerveuses sympathiques qui cheminent dans les artères rénales pour rompre la communication entre le rein et le cerveau, source d’hyperactivité du système nerveux sympathique. 2 à 3% de la population adulte est concernée par cette innovation.

Depuis septembre 2012, le service Cardiologie de l’hôpital de la Croix-Rousse propose aux patients dont la tension artérielle ne baisse pas malgré les traitements une intervention, sans ouverture chirurgicale : la dénervation rénale. Une technique qui consiste à détruire, en les chauffant, les fibres nerveuses sympathiques qui cheminent dans les artères rénales pour rompre la communication entre le rein et le cerveau, source d’hyperactivité du système nerveux sympathique. 2 à 3% de la population adulte est concernée par cette innovation.
L’hypertension artérielle (HTA) est un facteur majeur de survenue de maladies cardiovasculaires – 2ème cause de décès en France-, incluant les AVC, l’insuffisance cardiaque, les maladies coronaires. Dans les pays développés, 20 à 30% des plus de 18 ans souffre d’hypertension artérielle. Parmi eux, 1 malade sur 2 n’est pas contrôlé par son traitement et 10 % ne verront pas leur HTA améliorée malgré l’utilisation de 3 antihypertenseurs à doses adaptées. On parle alors d’hypertension résistante.
Jusqu’ici, ces patients étaient en échec thérapeutique.
Rein et hypertension artérielle
L’hypertension artérielle est multifactorielle. Elle est en partie due à une hyperactivité du système nerveux sympathique qui intervient dans la régulation des fonctions autonomes de l’organisme (digestion, respiration, fréquence cardiaque, pression artérielle…) Le rein, outre sa fonction d’élimination des déchets, a un rôle moins connu mais essentiel dans la régulation de la tension artérielle. Il est connecté au cerveau via les fibres sympathiques qui cheminent le long de la colonne vertébrale ; la communication entre le rein et le cerveau se fait dans les 2 sens :
– le rein envoie des informations au cerveau qui module ensuite l’activité sympathique au niveau des vaisseaux.
– d’autre part, le rein reçoit des connexions sympathiques qui modifient son aptitude à réabsorber l’eau et le sel.
Cette communication entre le rein et le cerveau entretient l’hyperactivité du système nerveux sympathique. Il faut donc l’empêcher.
Une technique sans chirurgie, peu invasive
Le cardiologue interventionnel introduit un cathéter dans l’artère fémorale et remonte jusqu’à l’artère rénale pour approcher le rein. Des impulsions de radio fréquence sont appliquées pour chauffer le nerf sympathique rénal à 50° pendant 2 minutes, en 6 points séparés. Il en résulte une « coupure » du circuit nerveux qui permet de baisser la tension artérielle. L’intervention dure 1/2h à 1h sous anesthésie générale. Le patient reste hospitalisé seulement 2 jours. On observe, dans les semaines qui suivent, une baisse de tension qui peut dépasser 30 mm de mercure ; soit, par exemple une tension qui passe de 17 à 14.
Le taux de réussite, estimé par une baisse significative de la tension, s’élève à 70%.
Le suivi post interventionnel
Le traitement antihypertenseur ne sera pas interrompu dans les suites immédiates du geste de dénervation rénale car l’effet sur la baisse de la tension artérielle est différé et atteint son maximum après plusieurs mois.
Une surveillance de la tension artérielle, de la fonction rénale et de l’anatomie des artères rénales est réalisée après 12 mois et 36 mois.
L’unité d’hypertension artérielle du service de cardiologie de l’Hôpital de la Croix-Rousse est labellisé « centre d’excellence » par la Société Européenne d’HTA. C’est le seule unité du département à réaliser à proposer une cette intervention.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.