Convention constitutive du groupement de coopération sanitaire

Jean-Paul SEGADE, Directeur Général du CHU, et le Pr Jacques DAUPLAT, Directeur du Centre de Lutte contre le Cancer ont signé la convention constitutive du groupement de coopération sanitaire qui donne naissance à l'INSTITUT REGIONAL UNIVERSITAIRE DU CANCER D'AUVERGNE ou IRUCA. Objectif: améliorer les soins diagnostiques et thérapeutiques, l'enseignement et la recherche en cancérologie dispensés par les deux établissements, renforcer leur complémentarité tout en respectant leur autonomie.

Jean-Paul SEGADE, Directeur Général du CHU, et le Pr Jacques DAUPLAT, Directeur du Centre de Lutte contre le Cancer ont signé la convention constitutive du groupement de coopération sanitaire qui donne naissance à l’INSTITUT REGIONAL UNIVERSITAIRE DU CANCER D’AUVERGNE ou IRUCA. Objectif: améliorer les soins diagnostiques et thérapeutiques, l’enseignement et la recherche en cancérologie dispensés par les deux établissements, renforcer leur complémentarité tout en respectant leur autonomie.

Le CHU de Clermont-Ferrand et le Centre de Lutte contre le Cancer « Jean Perrin » officialisent ainsi les liens très étroits qu’ils ont noués depuis leurs origines. Construits sur le même site le CHU et le Centre Jean Perrin étaient associés depuis la convention du 4 juillet 1973 pour des missions d’enseignement et de recherche. Au cours du temps, les deux établissements renforcent leur complémentarité afin d’éviter les doublons d’équipement, de favoriser leur co-utilisation ou les échanges de personnels. Ainsi le CHU dispose des techniques d’imagerie conventionnelle lourdes : IRM, scanner, angiographie tandis que le Centre Jean Perrin dispose de la médecine nucléaire, de la radiothérapie, du TEPscan.
Le Plan National contre le Cancer 2003-2007 donne un nouvel élan partenariat entre Centre Hospitalier et Centre de Lutte contre le cancer en préconisant une organisation complémentaire et mutualisée de la prise en charge du cancer.
En région Auvergne, les directions des deux d’établissements, en concertation avec les personnels, ont souhaité s’engager dans une collaboration renforcée, à parité, respectant l’autonomie de chacun. Ils ont décidé de créer un Groupement de Coopération Sanitaire, en matière de soins diagnostiques et thérapeutiques, d’enseignement et de recherche en cancérologie.
Ce GCS (IRUCA) n’est pas un établissement de santé ; les patients continuent de relever de l’établissement et de l’équipe qui les a pris en charge.
Ses missions
– mettre en cohérence les stratégies médicales du CHU et du CLCC pour l’ensemble des disciplines impliquées dans la prise en charge du cancer. Faciliter la coordination entre l’oncologie transversale et les spécialistes d’organes, en conformité avec les orientations du Réseau Oncauvergne.
– assurer la mise en oeuvre et actualiser en permanence le projet médical commun de développement
de la cancérologie ;
– favoriser la structuration d’un dossier médical communiquant commun ;
– coordonner les ressources humaines hospitalo-universitaires ;
– valoriser la recherche clinique et fondamentale en Cancérologie et favoriser l’interface entre les soins et la recherche dans le cadre du Cancéropole Lyon Auvergne Rhône Alpes (CLARA);
– mettre en place des actions communes d’enseignement et de formation en Cancérologie

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.