Coopérations public/privé en cancérologie et maternité à l’initiative du CHRU

Le CHRU de Brest, le CHIC de Quimper et la Clinique Pasteur-Lanroze ont signé un accord cadre créant un pôle public/privé de cancérologie, le 12 septembre 2011. Ce projet ambitieux répond aux objectifs du plan cancer. Localement, il représente un plus dans la prise en charge du malade de l’Ouest breton...

Le CHRU de Brest, le CHIC de Quimper et la Clinique Pasteur-Lanroze ont signé un accord cadre créant un pôle public/privé de cancérologie, le 12 septembre 2011. Ce projet ambitieux répond aux objectifs du plan cancer. Localement, il représente un plus dans la prise en charge du malade de l’Ouest breton en  conciliant offre de proximité et accès de tous aux innovations et aux protocoles de recherche.
Le parcours du patient sera plus lisible grâce à la coordination systématique des acteurs de santé autour d’un projet médical commun et à leur complémentarité. Enfin, la médecine de ville a toute sa place dans cette nouvelle organisation qui comprend la création de services dédiés et notamment de lits de jours ville-hôpital.
 
Coordonner et mutualiser les compétences médicales, les moyens et les investissement
– le libre choix du médecin et de l’établissement par le patient
– le libre choix par le médecin de ville ou hôpital du traitement de son patient,
– le respect pour les équipes existantes et les établissements de leurs identités et cultures propres.
 
Le nom du pôle de cancérologie public/privé -CHRU, CHIC, Clinique Pasteur-Lanroze- sera choisi très prochainement par les trois partenaires.

Pôle femme-mère-enfant réunit le CHRU de Brest et la Clinique Pasteur-Lanroze

Un accord cadre a également été signé entre le CHRU de Brest et la clinique Pasteur-Lanroze pour mener une réflexion similaire sur le domaine de la naissance et de la maternité. A l’issue d’une phase de concertation médicale qui va s’ouvrir, le projet devrait conduire à la création d’un pôle public/privé dédié à la prise en charge de la femme, de la mère et de l’enfant, favorisant les synergies entre les compétences et les savoir-faire distinctifs de chacun des partenaires.
Le projet conjuguera attentes de sécurité et bien-être des futures mamans de l’agglomération brestoise pour une prise en charge de haute qualité et personnalisée.
Chacune des trois structures fera profiter les autres partenaires de ses expertises et de ses savoir-faire. Cette coopération est planifiée au niveau départemental, échelon le plus pertinent pour l’organisation des équipes médicales et l’implantation géographique des équipements lourds.
La coopération public/privé, dont la structuration juridique est aujourd’hui facilitée par la loi « Hôpital, patients, santé et territoires », respectera des principes fondamentaux tels que :

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.