Avis aux baigneurs : soyez vigilants avec les animaux marins cet été

Depuis plusieurs années, d’inquiétants animaux marins venimeux font leur apparition sur les plages d’Aquitaine. Pour inciter les touristes et baigneurs du littoral Girondin et de la côte Basque à la plus grande vigilance, l’Agence Régionale de Santé Aquitaine, en collaboration avec le Centre Antipoison et de Toxicovigilance du CHU de Bordeaux et l’Institut de Veille Sanitaire via sa cellule en région (Cire) Aquitaine, lancent une campagne d’information et de sensibilisation aux envenimations marines par physalie, méduse pélagique et vive. Même si aucun décès n’a été rapporté à ce jour, leur venin peut provoquer des gênes respiratoires ou une perte de connaissance.

Depuis plusieurs années, d’inquiétants animaux marins venimeux font leur apparition sur les plages d’Aquitaine. Pour inciter les touristes et baigneurs du littoral Girondin et de la côte Basque à la plus grande vigilance, l’Agence Régionale de Santé Aquitaine, en collaboration avec le Centre Antipoison et de Toxicovigilance du CHU de Bordeaux et l’Institut de Veille Sanitaire via sa cellule en région (Cire) Aquitaine, lancent une campagne d’information et de sensibilisation aux envenimations marines par physalie, méduse pélagique et vive. Même si aucun décès n’a été rapporté à ce jour, leur venin peut provoquer des gênes respiratoires ou une perte de connaissance. 

Qui sont-ils ?

La physalie et la méduse pélagique sont des animaux marins possédant des tentacules plus ou moins longs, responsables de brûlures cutanées douloureuses. La physalie peut provoquer des signes plus graves tels que des gênes respiratoires ou une perte de connaissance. Ces tentacules, mêmes détachés de l’animal ou échoués sur le sable, restent venimeux.
La vive est un poisson qui s’enfouit dans le sable. Elle possède une nageoire dorsale venimeuse sur laquelle on peut marcher, entrainant une piqûre très douloureuse.

Que faire en cas d’envenimation ?

En cas de symptômes plus sévères ou pour toute information pratique, il est conseillé de se référer au centre de secours le plus proche ou d’appeler le centre 15 sans délai.
Des secouristes formés à l’approche de l’été
Les praticiens du Centre antipoison et de Toxicovigilance du CHU, relayés par les médecins du SAMU en charge de la formation des secouristes des plages, sont intervenus pour attirer l’attention des secouristes sur ce type d’envenimations. La grande majorité des MNS (Maîtres Nageurs Sauveteurs) des postes de secours de Gironde, des Landes et des Pyrénées-Atlantiques ont été sensibilisés à l’identification de l’animal et aux premiers soins des victimes.
 Informations aux professionnels et au grand public
Le Centre Antipoison et de Toxicovigilance de Bordeaux a mis à disposition des postes de secours et des services d’urgences d’Aquitaine une conduite à tenir détaillée relative à la prise en charge des victimes. Enfin, une affiche informative à destination du grand public et concernant les envenimations par physalie, par méduse pélagique et par vive, sera disposée au niveau des panneaux d’affichage à l’entrée des plages.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.