Corinne Dupont, première sage-femme Professeure des universités

Sage-femme depuis 1992, Corinne Dupont vient de prendre ses fonctions l’Université Claude Bernard Lyon 1 en tant que Professeure des universités. Une première dans le paysage français. Retour sur un itinéraire.

Sage-femme depuis 1992, Corinne Dupont vient de prendre ses fonctions l’Université Claude Bernard Lyon 1 en tant que Professeure des universités. Une première dans le paysage français. Retour sur un itinéraire.
Dans le monde universitaire et de la recherche, Corinne Dupont fait bouger les lignes. Inconnue du grand public, elle est, depuis début septembre, la première sage-femme nommée Professeure des universités. Et c’est sur le campus de Claude Bernard Lyon 1, au sein de l’Unité de Formation et de Recherche (UFR) Faculté de Médecine et de Maïeutique Lyon Sud, que s’est opérée cette belle évolution de carrière.
Une carrière démarrée en 1992, à la clinique Champ Fleuri (Décines, Rhône), puis à l’hôpital Édouard Herriot de Lyon, dans le service de gynécologie-obstétrique du Pr Jean-Marie Toulon. 1995 marque l’année où Corinne Dupont se forme à l’échographie obstétricale. La soif d’apprendre et d’explorer de nouveaux territoires ne s’arrête pas là puisqu’en 1997 c’est au tour de la médecine fœtale de s’inviter dans le champ de compétences de la jeune femme.

En 1999, à l’occasion d’un diplôme interuniversitaire sur l’évaluation de la qualité en médecine, Corinne Dupont croise la route de plusieurs Professeurs. Des rencontres qui vont déterminantes pour le reste de sa carrière. « Les Pr Cyrille Colin, René Écochard et Yves Matillon aux Hospices Civils de Lyon m’ont appris à interroger la qualité des soins. J’ai été interpelée par le fait que les premières réformes hospitalières dans le domaine dataient des années 70 alors que, dès les années 30, l’industrie s’était intéressée à la qualité de leurs prestations », raconte le Pr Dupont.
Dès lors, l’amélioration de la qualité des soins pour éviter que des événements indésirables ne surviennent sera un cheval de bataille.

Enseignante-chercheure et coordinatrice du réseau Aurore

Titulaire d’un doctorat en 2009 puis d’une habilitation à diriger des recherches en 2016, Corinne Dupont est désormais enseignante–chercheure. L’intéressée le dit bien volontiers, elle sait qu’elle peut compter sur le soutien « des médecins, de chercheurs du laboratoire RESHAPE (Research on healthcare performance) qui m’ont accueillie, notamment Anne-Marie Schott et Antoine Duclos ainsi que celui de Raymond Le Moign, directeur général des HCL et Olivier Claris, ex-président de la commission médicale d’établissement des HCL ». Engagée à temps plein au sein de l’université, Corinne Dupont a souhaité conserver son poste de coordinatrice du réseau Aurore aux Hospices Civils de Lyon pour, dit-elle, « rester au plus près du terrain. »
De manière plus large, la création en 2019 de la section maïeutique au sein du Conseil national des universités pour les disciplines médicales a marqué une avancée pour la profession de sage-femme. Pour les titulaires d’un doctorat et d’une habilitation à diriger les recherches (HDR), elle a donné la possibilité de candidater pour les fonctions de maître de conférences et de Professeur(e) des universités. Il est donc très probable que d’autres personnalités suivent les traces de Corinne Dupont dans les mois et année à venir. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.