Coup de chaleur : l’équipe d’HOSPIDOM en vigilance active

Coup de chaleur, déshydration, le service d’Hospitalisation à Domicile de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille, HOSPIDOM, est sur le pied de guerre. Son équipe pluridisciplinaire met à la disposition des médecins libéraux ou exerçant en EHPAD un numéro de téléphone d’urgence. Objectif : répondre à leur alerte et éviter à leur patient un passage intempestif aux urgences hospitalières ou une hospitalisation traditionnelle parfois inappropriée pour des patients déjà fragilisés.
Coup de chaleur, déshydration, le service d’Hospitalisation à Domicile de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille, HOSPIDOM, est sur le pied de guerre. Son équipe pluridisciplinaire met à  la disposition des médecins libéraux ou exerçant en EHPAD un numéro de téléphone d’urgence. Objectif : répondre à leur alerte et éviter à leur patient un passage aux urgences ou une hospitalisation traditionnelle parfois inappropriée pour des personnes déjà fragilisées.

Ce dispositif est déployé durant tout l’été 2017 dans le cadre des recommandations « fortes chaleurs et canicule » (lien texte ministère). En le composant, médecins de ville, médecins coordonnateurs d’EHPAD ou d’établissements médico-sociaux auront l’assurance de voir leur patient traiter au plus vite par le service d’Hospitalisation à Domicile de l’AP-HM. Ses professionnels se rendront dans les plus brefs délais auprès des personnes signalées afin de mettre en place une réhydratation intraveineuse, un bilan biologique et une surveillance clinique continue. 
HOSPIDOM : l’expertise du CHU à la maison
Réservée aux prises en charges les plus lourdes, l’hospitalisation à domicile (HAD) de l’AP-HM a suivi 5 000 patients de Marseille et sa région depuis sa création en septembre 2011. L’équipe suit en moyenne 60 patients par jour. Ces patients de tout âge (prématurés, enfants, femmes enceintes, adultes ou seniors) souffrent de graves pathologies physiques ou mentales. Fonctionnant 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24, ce service allie l’expertise hospitalo-universitaire du CHU et le confort de la maison.  Dans l’environnement rassurant de leur cocon familial, les malades reçoivent de toute l’expertise des équipes hospitalo-universitaires. 
L’équipe d’HAD dispense, au domicile du malade, des soins médicaux et paramédicaux continus et coordonnés qui recouvrent une large palette de prestations très spécialisées : soins et surveillance post-opératoires, antibiothérapie et traitements intraveineux, alimentation parentérale et entérale, cicatrisation et pansements complexes, rééducation et réadaptation orthopédique et neurologique, traitement de la douleur… Le médecin hospitalier, le médecin traitant et tous les professionnels paramédicaux hospitaliers, libéraux et sociaux sont associés.  
« L’hospitalisation à domicile ajoute à la sécurité et la qualité des soins le confort psychologique et physique du domicile. L’HAD se situe dans les parcours de soins, en aval de l’hospitalisation complète (Médecine, Chirurgie, Obstétrique) et permet d’en raccourcir la durée. Mais l’entrée en HAD peut également se faire à partir du domicile du patient  ou d’une simple consultation médicale pour éviter une hospitalisation », explique le Docteur Didier ZANINI, médecin chef du service HAD. « Aujourd’hui, la notion de domicile est très large, elle recouvre le domicile personnel mais également les établissements d’hébergement collectif pour toutes les populations : personnes âgées, personnes handicapées, personnes en situation de précarité sociale…».

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.