Coup de gong dans le monde de l’art hospitalier sur www.forum-gong.eu

Gong pour Groupe Orléans – Nice – Genève, initiales des 3 CHRU fondateurs de ce site Internet original, dédié à la présence des arts, des lettres et des sciences humaines à l'hôpital. Le comité de rédaction, composé de Catherine Gautier, Julie Leteurtre et Jacques Boesch, responsables culturels dans ces hôpitaux, entend impulser une réflexion ouverte et pluraliste sur les modalités de développement de la culture à l'hôpital, son intérêt et son impact sur les relations entre un lieu de soins et son environnement.

Gong pour Groupe Orléans – Nice – Genève, initiales des 3 CHRU fondateurs de ce site Internet original, dédié à la présence des arts, des lettres et des sciences humaines à l’hôpital. Le comité de rédaction, composé de Catherine Gautier, Julie Leteurtre et Jacques Boesch, responsables culturels dans ces hôpitaux, entend impulser une réflexion ouverte et pluraliste sur les modalités de développement de la culture à l’hôpital, son intérêt et son impact sur les relations entre un lieu de soins et son environnement.

Espace de questionnement et d’expérimentation, les forums du Gong vibreront au rythme des expériences et des débats entre acteurs culturels, professionnels hospitaliers et citoyens sensibles à l’ouverture de l’institution. Le ton est donné dès la page d’accueil : « Face à la spécialisation de la médecine, facteur d’amélioration des thérapies mais parfois aussi de déshumanisation des soins, la culture à l’hôpital n’est-elle pas l’un des rares liens forts entre la technique et les hommes ? (…) L’art contemporain lui-même n’est-il pas un des meilleurs vecteurs de questionnement de la cité et de ses institutions ? Par son interaction entre les créateurs, les oeuvres et les publics, la culture à l’hôpital n’active-t-elle pas la notion de citoyenneté dans toutes ses dimensions politiques et démocratiques ? »

Moment de retour sur soi, l’hospitalisation renvoie chacun à sa fragilité et à sa solitude, à son rapport au monde et à lui-même. La maladie incite à une compréhension nouvelle, à une interprétation inédite et individuelle de la finalité de l’existence humaine. Réflexion souvent difficile dans une société qui se complait à occulter la vieillesse et la mort. L’art peut accompagner ce cheminement plus révolutionnaire qu’il n’y paraît. Car le parcours de soins implique aussi une reconnaissance du droit à la différence, une réflexion sur l’acte médical, sur l’importance de l’écoute et de l’échange et sur la dimension spirituelle de la personne.

Instant privilégié de vie, la rencontre de l’art et de l’hôpital est encouragée au plus haut niveau. Le site du Gong rappelle que le 10 janvier 2006, soit 7 ans après la signature de la première convention « Culture à l’hôpital », les ministres français de la Santé et de la Culture ont entériné un nouveau protocole d’accord sur la mise en place d’actions culturelles dans les hôpitaux français. Acte fort, cette signature renforce la politique d’accès à la culture en milieu hospitalier et manifeste une volonté commune de développer des moyens pour sa mise en oeuvre en France.

Les premiers débats portent sur les conceptions théoriques ou idéologiques qui sous-tendent les missions liées à la présence de l’art et des lettres à l’hôpital, l’impact du développement de l’art à l’hôpital sur la perception de l’espace et du temps à l’hôpital, et sur l’art à l’hôpital du point de vue des relations/ interactions entre la ville et l’hôpital.

Pour en savoir plus sur www.forum-gong.eu, contacter :

c.gautier@forum-gong.eu
j.leteurtre@forum-gong.eu
info@forum-gong.eu

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.