Cours de connectivité cérébrale au GIN (Grenoble Institut des NeuroSciences)

Du 23 au 27 septembre 2013, l’école de connectivité fonctionnelle par IRM organise un cours portant sur les méthodes d’analyse de connectivité cérébrale. Une méthode innovante qui présente un très fort potentiel pour comprendre les maladies neurologiques et psychiatriques.

Du 23 au 27 septembre 2013, l’école de connectivité fonctionnelle par IRM organise un cours portant sur les méthodes d’analyse de connectivité cérébrale. Une méthode innovante qui présente un très fort potentiel pour comprendre les maladies neurologiques et psychiatriques.
Ces cours de connectivité fonctionnelle s’adressent aux étudiants, aux chercheurs, aux ingénieurs, aux médecins et aux psychologues intéressés par la connectivité cérébrale en IRM fonctionnelle. Ils se dérouleront en anglais, sur 5 jours, au GIN (Grenoble Institut des Neurosciences). Les places sont limitées à 60 participants.
Seront enseignées les méthodes d’analyse en IRM fonctionnelle et les logiciels associés en fonction du protocole d’acquisition et de l’hypothèse de départ : approche ‘model driven’ dans le cas d’une hypothèse définie ou ‘data driven’ pour une approche plus exploratoire.
La formation portera aussi sur le choix du protocole d’acquisition en fonction de l’hypothèse de départ : Quelle séquence ? Séquence  d’activation ou de repos "resting stage" ? Quels paramètres d’acquisition ?
Chaque logiciel fera l’objet d’une démonstration. Des travaux pratiques, sur un jeu de données mis à la disposition des participants, complèteront cette formation.

Logiciels étudiés
– Dynamic Causal Modeling (DCM)
– Psycho-Physiological Interactions (PPI)
– Seed-based Functional Connectivity (Connectivity Toolbox)
– Independent Component Analysis (GIFT)
– Graph Theory (Brainwaver)

Programme détaillé, d’inscription, logistique
http://funconnect2013.sciencesconf.org/
http://www.neurometrika.org/BrainConnectivity-Grenoble
Organisation scientifique
Assia Jaillard (CHUG); Chantal Delon Martin (GIN); Cédric Pichat (UPMF); Alexandre Krainik (CHUG) Thomas Zeffiro (Martinos Center Boston); Olivier David (GIN); Sophie Achard (GIPSA Lab) ; Jean François Le Bas (CHUG)

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.